Petite Brochette D’Anecdotes Croustillantes – Volume 2 

Ou comment je vais exposer au grand jour la faiblesse de mes aptitudes parentales et partager avec vous ces moments très embarrassants de ma vie de maman (pour le premier volume publié il y a quelques années c’est ici). C’est parti ! 

1/ Les seins qui déclarent leur indépendance

Les fuites de lait sont un classique de la maman qui allaite, d’où les coussinets à glisser dans son soutien gorge… sauf que je n’en porte casiment plus et certainement pas en début d’allaitement quand mes seins sont hyper sensibles.

Toujours est il que j’ai eu une fuite de lait en plein RDV avec des clients qui probablement n’osaient pas me le faire remarquer. Je m’en suis rendue compte moi même en pleine conversation en découvrant avec horreur que deux ruisseaux coulaient de mes seins. Mon fils avait tété juste avant mais la conversation avec mes clients s’éternisait et mes pensées avaient divagué vers mon bébé qui m’attendait. J’ai du partir me changer et revenir pour terminer en vitesse le RDV, tout en faisant comme si de rien était.

Je me suis sentie tellement GÊNÉE…

2/ Quand tu n’es pas seule

J’ai eu des vers intestinaux… Ça arrive me direz vous, un enfant contamine souvent ses parents. Sauf que cela a duré plusieurs MOIS.

Plus on est de fous, plus on rit.

En devenant maman je m’imaginais vivre des épisodes de varicelle, de poux, de cauchemars, de bobos au genou ; à la place je me retrouve avec des vers qui squattent et qui sortent tranquilou bilou de ma porte arrière pour se promener et pondre ici et là des oeufs brûlants. Merci bien.

Cela aura duré aussi longtemps car je n’étais pas certaine d’avoir des vers. La descendance avait très clairement été infectée (et vermifugée), j’avais des démangeaisons récurrentes le soir mais 1/ j’étais enceinte, donc un traitement quel qu’il soit n’est pas le bienvenu, et 2/ je croyais que tout cela n’était que le fruit de mon imagination car j’ai tendance à m’inventer des maladies que je n’ai pas.

Rien qu’en écrivant cet article cela me gratte de nouveau.

Cela s’est enfin terminé… quand j’ai retrouvé un ver gigotant gaiement dans ma culotte. J’étais horrifiée (et je le suis toujours). Je me suis savonnée, j’ai frotté frotté frotté et encore frotté puis je me suis inondée les parties intimes devant derrière de gel hydroalcoolique (non ne faites pas ça). 

Parfois l’Époux me demande en blaguant si j’ai des nouvelles de mes amis. Oui il parle bien des vers.

3/ La glycine

Pendant ma deuxième grossesse la descendance a eu une période où elle passait beaucoup de temps avec Joséphine, une de nos chèvres. Elle lui donnait des branches de lierre qu’elle cueillait en équilibre sur une chaise, elle la suivait dans ses escapades dans la coline… 

Josy adore le contact avec les enfants.

Pendant plusieurs semaines la descendance retrouvait donc tous les jours sa copine Josy après l’école pour prendre le goûter ensemble, à savoir des feuilles de glycine. Oui, de la glycine qu’elles mangeaient TOUTES LES DEUX. Oui, c’est toxique. Oui nous le savions, mais la descendance n’en avait strictement rien à faire de nos sermons, de nos cris et de nos menaces. Je ne pensais pas en tant que maman devoir répéter aussi souvent à mon enfant « MAIS TU N’ES PAS UNE CHÈVRE ».

Quand Josy allait se coucher (les chèvres se couchent tôt, comme les poules) la descendance réapparaissait dans la cuisine la bouche toute barbouillée de vert en nous assurant de sa douce voix innocente que non elle n’avait absolument pas touché à la glycine. Vu qu’elle ne se plaignait d’aucun maux, qu’elle mangeait et dormait comme à son habitude, nous pensions qu’elle recrachait la plupart des feuilles qu’elle mâchait.

En plus la glycine lui donnait une haleine fétide.

Vint un soir où elle en mangea assez pour vomir… L’odeur était spectaculaire. Après ça elle ne toucha plus jamais à la glycine. Problème réglé… mais pas grâce à mes compétences parentales.

4/ Promenons nous

Alors qu’elle venait d’avoir 2 ans la descendance a un jour profité de notre inattention pour se promener avec notre chien sur le sentier de randonnée qui passe près de chez nous. Elle fut interceptée une heure plus tard et 2 kilomètres plus loin par des promeneurs qui, inquiets de la voir seule et pieds nus, décidèrent de la ramener chez eux le temps de retrouver ses parents. Heureusement notre chien portait sur son collier notre numéro de téléphone ce qui leur a permis de nous contacter immédiatement.

Évidemment nous nous étions rendus compte que la descendance avait disparu et nous la cherchions PARTOUT. Nous avions perdu un temps fou à arpenter tous les recoins de notre maison, pensant qu’elle jouait à cache cache. Nous avions aussi exploré le début du sentier de randonnée mais sans penser qu’elle puisse être déjà aussi loin. 

Nous avons couru et crié complètement paniqués pendant presque 1 heure.

Nous avons donc réalisé ce jour là qu’à 2 ans la descendance savait déverrouiller d’elle même la porte d’entrée, porte qu’elle avait soigneusement refermé derrière elle en partant

Outre le choc de son enfant qui se volatilise les personnes l’ayant retrouvé ont jugé adéquat de me passer un savon, de m’exposer en long en large et en travers mon incompétence en tant que maman et de me faire la longue liste de tous les malheurs qui auraient pu lui arriver (« mais madame vous ne vous rendez pas compte« ).

Les jours suivants la descendance fut surveillée comme du lait sur le feu.

Quelques semaines plus tard nous l’avons rattrapé de justesse alors qu’elle venait de traverser le pont en bas de chez nous… Non seulement elle n’a plus fugué par la suite mais la grossesse et la naissance de son petit frère l’ont rendu à la fois collante et peureuse.

======

Voici pour mes anecdotes honteuses de maman ! Pour l’instant elle ne concerne que la descendance puisque petit frère reste encore trop petit pour faire de vraies bêtises… si l’on considère que manger une crotte de chèvre, pisser à foison sur le lit tel un animal qui marque son territoire et jeter des jouets dans la cuvette des toilettes n’en sont pas.

Et toi as tu une anecdote à raconter ? Je t’attends dans les commentaires.

2 commentaires sur “Petite Brochette D’Anecdotes Croustillantes – Volume 2 

Ajouter un commentaire

  1. Ce n’est pas moi mais mes parents : mon petit frère de 2 ans s’est un jour fait la malle pendant que ma mère était en train d’étendre le linge. Environ 2h de recherches frénétiques et paniquées plus tard, nous l’avons retrouvé tranquillement endormi les fesses en l’air dans une bouse, entouré de vaches, dans le champ du voisin. Il avait réussi à se faufiler sous des barbelés relâchés. On en rigole bien mais sur le moment c’était moins drôle ! Dans le côté mère indigne, j’ai retrouvé ma fille en train de manger les croquettes du chat (j’étais au téléphone juste à côté et je ne me suis rendue compte de rien)

    Aimé par 1 personne

  2. O_O Pire que les vers… « perdre » son enfant… J’ai eu la version « elle joue dans sa chambre calmement et je ne l’avait pas vu alors bonjour les cris et les angoisses comme une hystérique alors que tout allais bien »… J’ai cru mourir de peur, j’ai vraiment imaginé le pire… Je n’ose pas imaginer votre état !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :