Récit De Grossesse n。2 : Troisième Trimestre

Le récit du premier trimestre est ici, celui du deuxième est . Bonne lecture !

======

J’entame ce dernier trimestre de grossesse en préparant frénétiquement l’arrivée de bébé. Le siège auto est installé dans la voiture et je ne peux m’empêcher de pleurer d’émotion en voyant ces deux sièges enfants, celui de ma fille et celui de mon fils à venir. Les vêtements bébé sont de plus en plus nombreux dans l’armoire et comme pour la descendance je les regarde longuement, pensivement, tellement impatiente à l’idée de serrer enfin mon bébé contre moi. Les couches sont décrassées, lavées et soigneusement empilées.

Mon ÉNORME valise pour la maternité et mes deux autres sacs sont rangés dans le coffre dès le début du 7ème mois (sait on jamais si bébé décide de sortir prématurément). Pour ce séjour à la maternité qui s’annonce j’ai TOUT prévu : une bouilloire, un grand bol, de la tisane allaitement, une veilleuse, une multiprise, ma couette, un oreiller, des chips, du chocolat, de la compote pomme kiwi, des biscuits, une trousse à médicament blindée, mes couches lavables…

Je vais me dorloter.

Ma DPA est au 17 avril, cette date qui tourbillonne sans cesse dans ma tête et de plus en plus à mesure que les semaines s’écoulent. Je suis née le 21, mon père le 15 et nous avons tous les deux très hâte de connaître la date que choisira bébé pour nous rejoindre dans notre mois d’avril. 

Je décide de me préparer à l’accouchement seule tellement la préparation avec sage femme de ma première grossesse a été NULLISSIME. Je travaille beaucoup sur la gestion de la douleur, ce que je n’avais pas su faire pour la descendance (celle qui se tordait de douleur dilatée à 0 c’était moi). Une part de moi aimerait vivre un accouchement sans péridurale puisque c’est là ma dernière chance d’en vivre un mais je suis tellement douillette que je ne m’en sens pas du tout capable.

Moi qui bondit sur le doliprane à la moindre douleur...

Je lis plusieurs livres ainsi qu’une quantité infinie de récits d’accouchements ; je regarde des vidéos diverses et variées qui vont de l’émission grand public les Maternelles à d’autres plus crues. Je n’ai pas du tout accroché avec le livre J’accouche bientôt que faire de la douleur qui est pourtant très en vogue mais qui est beaucoup trop technique / trop anatomique. 

Je vais devoir accoucher seule étant donné que nous n’avons pas de moyen de garde pour la descendance. Je me fais progressivement à cette idée au fil de la grossesse même si cela ne m’emballe vraiment pas. Seule je me vois comme vulnérable, à la merci du personnel médical et des protocoles des maternités. Pas le choix… Mais en y pensant bien est ce que la présence de l’Époux m’a t’elle vraiment été bénéfique lors de la naissance de la descendance ? Non, parce qu’il était autant mal préparé que moi même si sa présence était rassurante. Et qui a mangé une boîte de sardine à l’huile qui a embaumé toute la chambre pendant que j’étais en plein dans les contractions ?

Plus le temps passe et plus j’ai PEUR de l’accouchement ; peur de l’inconnu, peur de la césarienne, peur de perdre le contrôle sur mon corps. Pour moi qui suis toujours dans l’organisation et l’anticipation l’approche de l’accouchement me met dans tous mes états.

Quand, comment… Tout m’échappe

Je me renseigne sur le déroulé d’une césarienne au cas où, pour éviter d’être trop choquée si cela devait m’arriver, après tout cela concerne 1 naissance sur 5…  Le choc. Tout sauf ça. La naissance qui devient un acte chirurgical froid et mécanique, les suites de couches potentiellement très douloureuses… Non non non. J’en viens à me dire que je préfère accoucher seule chez moi que d’aller à l’hôpital.

À 37 SA tous les feux sont au vert, vraiment RAS… Sauf que bébé est toujours en siège décomplété (les fesses en bas, la tête et les pieds en haut).  À 4 semaines de ma DPA je n’ai donc aucune idée de la façon dont bébé va naître. Sachant qu’une naissance par le siège sur 4 se termine par une césarienne en cours de travail je ne suis vraiment PAS DU TOUT emballée à l’idée que mon enfant soit toujours la tête en haut. 

Un siège décomplété.

Je suis très, très partagée entre ma volonté de respecter le choix de bébé d’être en siège et celle de nous offrir une naissance voie basse la plus paisible possible, quitte à faire une VME. Je suis perdue et je rumine à longueur de journée.

Je décide d’ignorer toutes les pseudos recettes miracles (yoga, ostéopathie, acuponcture, magnétisme, cataplasmes d’argile verte, poche de glace sur la tête du bébé…). Comment croire que faire brûler de l’armoise séché entre mes orteils va faire basculer mon bébé ? Ce n’est pas pour moi. 

Après moultes tergiversions avec l’Époux et mon gynécologue je prends RDV pour une VME dans un hôpital dans lequel je n’ai jamais mis les pieds mais où je dois théoriquement donner naissance (merci la fermeture des petites maternités). Et là c’est la surprise totale : bébé s’est ENFIN mis tête en bas et il appuie parfaitement sur le col. Il est estimé à terme à 3,5 kilos (la descendance est née à 3,8 kilos).

Quel soulagement !! Maintenant y’a plus qu’à le faire sortir.

Puis viennent mes derniers jours en tant que femme enceinte.  C’est ainsi, je le sais, j’aurais deux enfants, pas trois. Il fait beau, chaud, je n’ai aucune douleur, je dors assez bien (en mode baleine qui gémit de lourdeur), je fais ma marche quotidienne de deux kilomètres, je me goinfre comme jamais. Le mois d’avril est là, tic tac tic tac, ma DPA approche de plus en plus…

La suite figure dans mon récit d’accouchement.

4 commentaires sur “Récit De Grossesse n。2 : Troisième Trimestre

Ajouter un commentaire

  1. C’est bizarre cette peur de la césarienne ! Mes copines aussi sont terrifiées par la césarienne alors que je ne me vois pas accoucher par voie basse !!!

    Mon fils aussi était en siège décomplété et pour moi, la césarienne était normale !
    La VME s’est mal passée….. Enfin ma rencontre avec le chef du service maternité s’est très mal passée ! Le gars m’a hurlé dessus donc moi aussi je lui ai hurlé dessus, il a refusé de me toucher à cause des contractions (je suis une chochotte pour tout sauf pour les contractions apparemment !), il a dit qu’il refusait de pratiquer la VME sur les cas médicaux de son confrère ! Confrère qu’il a ramené en hurlant ! Heureusement que mon gyneco était des plus doux ! Mon gyneco m’a pris en rdv dans la minute avec ma sage femme pour qu’on prenne une date pour la césarienne. En sortant du bureau, le chef de service me dit je suis sur que la chochotte a pris la césarienne. Je me suis retournée et je lui ai dit je préfère être une chochotte qu’un connard !
    Et la chochotte a bien fait de prendre la césarienne car mon fils était collé à mon utérus au niveau du dos donc quand il bougeait il créait les contractions et il ne serait jamais sorti tout seul….. Ça aurait été une césarienne en urgence sinon.
    La césarienne a été préparée, j’ai pu discuter durant le temps de l’intervention, avoir mon fils sur moi, vivre le truc sans douleur.
    Et comme ils aspirent, je n’ai pas perdu beaucoup de sang après !
    Je n’ai pas eu mal, pas eu de problèmes…..
    100% team césarienne 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 🙂.
      Je ne savais pas que ton fils était né par césarienne. Si ça c’est bien passé j’en suis ravie pour toi !! J’ai été traumatisée par de multiples récits cauchemardesques, comme on en trouve plein sur la toile, et parallèlement on trouve difficilement de beaux récits de césarienne comme le tien. La césarienne a vraiment été une angoisse irrépressible et impossible de me calmer. Au final il est né tel que je le voulais, mais parce que lui l’a permis.

      J’aime

  2. Ah ah le coquinou, encore un bébé à « galipette tardive » !
    Moi j’ai foncé tête baissée vers le shamanisme : ostéopathie (pas si nébuleux, ceci dit, de manipuler son bassin afin de bouger le bébé), acuponcture, postures de yoga… Je ne voulais surtout pas d’une VME !!

    Tu n’y parles pas de ta relation avec l’Époux : ses pensées folles du début de grossesse s’étaient raisonnées ?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui un tardif lui aussi… Quelle frayeur ! Ce coquin 😅.
      Avec mon mari s’était encore moyen moyen. Plus d’accusations, on a plus reparlé de ça mais même en mettant tout sous le tapis ça restait dans l’air. Il a été peu investi de toute la grossesse, mais pour la descendance aussi… Il a refusé le test de paternité et pour couronner le tout fiston ne lui ressemble pas. Arf. J’attends juste que le temps fasse son oeuvre… Et je me tiens à distance des hommes. Pfff. C’est juste dingue tout ça 😳.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :