Deux Ans De Végétarisme : Pourquoi J’Ai Arrêté

Oyez braves gens, je vous l’annonce, après deux ans de végétarisme… J’ai arrêté.  Je vois déjà vos poils se hérisser « Quoi ?! Quelle écolo de pacotille! » Avant que vous ne quittiez ce blog en criant au scandale et à la trahison, laissez-moi vous expliquer pourquoi.

J’ai arrêté viande et poisson en septembre 2019 après avoir regardé pendant l’été plusieurs films et documentaires sur l’élevage industriel. Je me souviens encore de mes pleurs en voyant cette vache qui lèchait et allaitait son nouveau né avec beaucoup de douceur avant de courir à toute allure en meuglant pour essayer de rattraper la camionnette qui emportait son veau (je vous invite à vous documenter sur le sujet : cette page de l’association L214 recense toutes les vidéos disponibles sur l’élevage, la pêche et l’exploitation animale en général).

Ça tombe bien je suis une grande fanatique des légumes.

Les premières semaines de végétarisme sont certainement les plus dures car il faut se défaire de ses habitudes et par la même occasion remettre en question une part de notre culture culinaire. La viande ou le poisson, dans la culture française, sont synonymes de bonne chère. Ils sont présents dans presque tous les plats de la cuisine traditionnelle et l’élément central de nombre d’entre eux (coq au vin, boeuf bourguignon, blanquette de veau, sole meunière…). Les plats sans viande évoquent des moments de pauvreté, de restrictions et de privation, et cela reste très ancré dans l’imagerie populaire. L’idée même d’un repas sans viande, comme proposé dans les cantines scolaires, sous-entend qu’un repas « normal » se doit de comporter de la viande.

Devenir végétarien revient donc à réinventer toute son alimentation ce qui est sans doute un terrain de jeu intéressant pour ceux qui apprécient cuisiner… ce qui n’est pas mon cas (les années passent et mon envie d’apprendre à cuisiner n’est toujours pas là). Des aliments jusqu’à là inconnus, et qui pour certains auraient mieux fait de le rester, ont ainsi fait leur apparition à la maison : seitan, lupin, sarrasin, épeautre, protéines de soja.

Quand tu arrives à trouver du tofu qui n’est pas un bloc de plâtre.

Les restaurants offrent pratiquement tous une option végétarienne dans les grandes villes mais pas dans ma région qui est très campagnarde et donc très attachée à ses traditions culinaires. Ici la plupart des menus s’organisent autour de la viande ou du poisson, ce qui me plonge toujours dans l’incompréhension. Quant par miracle il y a un plat végétarien au menu il s’agit soit du burger de soja, de la pizza 4 fromages ou d’une omelette aux champignons (créativité zéro). 

Je pars du principe que chacun est libre de manger ce qu’il souhaite : il y a ceux qui mangent diététique, ceux qui aiment les plats tout prêts, ceux qui adorent le sucré, les fans du bio… Pourtant devant un végétarien, ou pire un végétalien, la courtoisie s’envole comme par magie et bonjour les remarques désobligeantes et infantilisantes !

« Mais du coup alors, tu manges quoi ? »

« Donc tu ne manges pas de viande mais le poisson oui ?« 

« Tu sais pas ce que tu rates« .

« En fait tu manges que des légumes et du tofu.« 

« Le soja est responsable de la déforestation de l’Amazonie, t’as pas honte d’en manger ? »

« Après Noël tu pourras bouffer le sapin » et sa variante tout aussi charmante « si tu ne veux pas manger comme nous t’as qu’à aller brouter dehors« .

« Et si tu étais seule sur île déserte tu ferais comment ?« 

« L’homme est fait pour manger de la viande. »

« Tu vas avoir des carences.« 

« Ta carotte souffre aussi quand tu la manges« .

Sans commentaire.

C’est là une des deux difficultés que j’ai rencontré pendant ces deux années sans viande : l’impossibilité pour certains d’accepter mon végétarisme car convaincus de la nocivité d’un tel régime (pour moi, pour la planète, pour l’économie locale, pour dieu sait quoi) et convaincue de mon idiotie et de mon incapacité à me renseigner convenablement.

Très vite j’ai été rebaptisé « le panda » : il appartient à la famille ours mais a choisi d’être herbivore (et non pas carnivore comme ses cousins) et a donc besoin de manger toute la journée un bambou qu’il digère mal. 

Surnom que je n’ai pas vraiment apprécié.

L’Époux est malheureusement de ces personnes qui, pour une mystérieuse raison, ne supportait pas que je sois végétarienne. C’est d’ailleurs en parti à cause de sa véhémence sur le sujet que j’ai mis si longtemps avant d’arrêter les protéines animales. Pourtant je ne lui ai jamais demandé quoique ce soit, ni de cuisiner un plat pour moi ni de modifier son alimentation. Dans un premier temps il s’est donc appliqué à cuisiner de la viande ou du poisson à foison. Les tensions étaient palpables lors des repas et il regardait le contenu de mon assiette d’un air très agacé, sans pour autant dire un mot sur le sujet. 

Puis, au fil des semaines et des mois, l’Époux a découvert un fait véritablement incroyable (qu’il devait être le seul couillon à ignorer) : les repas végétariens peuvent être délicieux, équilibrés et adaptés à tous les âges. Il a petit à petit apprivoisé le soja, sous toutes ses formes (tout en préférant largement sa viande ou son poisson). Il a appris à cuisiner et à apprécier la version végétarienne de certains plats qu’il a toujours aimé préparer, comme les pâtes à la carbonara (on peut remplacer les lardons par du tofu fumé).

Progressivement les repas sans viande et sans poisson sont devenus majoritaires à la maison.

Je précise que je ne souhaite pas imposer un régime végétarien à mes enfants. À eux de cheminer (ou non) sur le sujet. Je n’ai donc eu aucune discussion à ce sujet avec la descendance qui s’en fiche royalement si le contenu de mon assiette diffère du sien.

Lors de ma deuxième grossesse j’ai été très vite très anémiée et donc concrètement écrasée par la fatigue et l’envie de rien faire. L’Époux craignait que notre bébé ne puisse pas grandir adéquatement à cause de mon végétarisme et insistait AVEC LOURDEUR ici et là pour que je consomme de nouveau de la viande et du poisson. À plus de 6 mois de grossesse, quand l’accouchement se profilait doucement à l’horizon, je voulais absolument que mon taux de fer remonte pour éviter que l’on me casse les pieds à ce sujet…C’est ainsi que le boudin est réapparu dans mon assiette, puis un peu de saumon et de hareng, puis des côtelettes de porc…

Je me suis régalée comme jamais.

Par la suite maman de deux enfants je me suis fais happée par un quotidien chaotique et épuisant et les protéines animales sont devenues un peu plus fréquentes (3 ou 4 repas par semaine, ce qui est énorme quand avant on était à 0). Ce retour « à la normale »est assez difficile car mes convictions n’ont pas changé mais ma détermination s’est un peu émoussée.

En effet, et c’est là le deuxième gros problème, en consommant à nouveau des protéines animales j’ai été surprise de me sentir… en pleine forme. Rassasiée. Satisfaite. Je n’avais pas eu une telle sensation de satiété depuis si longtemps ! C’était incroyable. En étant végétarienne j’avais casiment tous le temps faim. J’avais beau compenser la perte des protéines animales par leur équivalent végétal, ainsi que par des oeufs et du fromage, et malgré la quantité faramineuse de légumes, céréales complètes, légumineuses, graines et fruits que je m’astreignais à absorber durant chaque repas, deux heures plus tard, j’avais FAIM (enceinte ou non, je précise).

J’avais d’ailleurs presque un peu honte de mes repas gargantuesques. 

En creusant sur internet je me suis rendue compte que j’étais loin d’être la seule à avoir rencontré ce problème. Pourtant j’avais soigné mon alimentation, en privilégiant encore plus le bio et le local mais visiblement cela n’avait pas suffit. L’Époux a donc pu clamé haut et fort : « JE T’AVAIS DIS QUE T’ALLAIS AVOIR DES CARENCES« . Merci chéri. 

Le régime végétarien est il inadapté pour moi ou ai je eu un apport insuffisant en protéines ? Les femmes enceintes et qui allaitent ont un besoin naturellement plus important mais ce problème existait déjà avant que je tombe enceinte.

Maintenant j’hésite : repartir sur un régime végétarien en faisant très très attention à mon apport en protéines ? Ou manger plus librement, selon ce que me dicte mon corps ? À suivre.

======

As tu un régime alimentaire en particulier ou préfères tu ne pas avoir d’étiquette ? Des réflexions sur la consommation de viande et de poisson ? Je t’attends dans les commentaires pour en parler.

Les trois prochains articles seront le récit de ma deuxième et dernière grossesse, trimestre par trimestre. Oui, avec beaucoup de retard 😅. Qu’importe c’est mon blog. Mais tenez vous prêt parce que mon premier trimestre a été catastrophique, et rien à voir avec les nausées.

16 commentaires sur “Deux Ans De Végétarisme : Pourquoi J’Ai Arrêté

Ajouter un commentaire

  1. Très contente de te relire !!!!

    Perso, je suis une enfant de 3 ans qui n’aime que les pâtes, le riz, les frites et le steak ! Je ne mange pas de légumes et je ne suis pas une grande fan des fruits !
    Éventuellement, tu pourras me voir manger quelques haricots (du jardin !), du maïs, endives crues, carottes crues (oui hein ça serait tellement plus facile que je les mange cuites !!!)….. Bref, on peut les compter sur une main !
    En même temps qui a dit que la pomme de terre n’est pas un légume !
    Mes parents ne me sortaient pas au resto car c’était une galère pour trouver un truc que j’aime !!!!!!

    Bon je suis allergique à l’immense famille des cucurbitacées mais quand je ne travaille pas ou que je n’ai pas sortie de prévue, je mange des cornichons……. Et après je me tord de douleur au ventre ! Mais je les aime trop !!!!!!
    Mon problème de thyroïde me fait fuir le soja puisqu’il est connu pour son action néfaste sur la thyroïde donc on ne va pas se tirer une balle dans le pied !

    Être végétarienne ou vegan, ce n’est pas pour moi ! Il me faut de la viande et du poisson…….il est à noter que je n’aime pas toutes les viandes et les poissons !!! Quand on est chiante, il faut l’assumer pour tous les aliments !

    Mon fils lui mange de tout, il n’a pas d’allergies…… L’enfant parfait ! Mes neveux sont comme moi alors ils aiment manger chez moi, on se comprend !!!!

    Au repas, mes hommes ont leurs plats avec légumes et j’ai la version sans !

    Je ne pense pas qu’être un bon écolo passe par un régime alimentaire spécifique ! Il ne faut pas tomber dans l’extrême !
    Et se serait bête de tomber malade à cause de carences pour paraître bonne élève !

    Mange ce que tu veux !
    Quand tu veux !
    Comme tu veux !

    Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    1. Tu es drôle avec tes préférences alimentaires ! En même temps les pâtes et les patates c’est la vie ! Et le chocolat, les bons gâteaux 😆 ? Tu as l’excuse des allergies et de ta thyroïde, au moins tu es sûre que personne ne va critiquer ce que tu manges !
      J’adore les légumes, quand y’a pas de légumes à un repas ça me manque, les fruits je pourrais aisément m’en passer mais pas les légumes ! Mais ma fille déteste, elle est casi comme toi 😂, son repas préféré c’est pâtes au beurre avec petits morceaux de saucisson dedans 😅. Je vais l’envoyer en vacances chez toi, voilà c’est tout trouvé, et toi tu m’envois ton fils 😂😂.

      J’aime

  2. Héhéh !
    je suis peu-de-viande-ienne 🤭 je n’ai jamais réussis à franchir le pas du végétalisme. J’ai été récemment à mon top motivation, jusqu’à tomber sur un blog qui défonce les régimes végéta*iens (écrit par une ex- végan… oupsi.) Depuis je me sens encore plus « oui mais en fait non ».
    Bon. on se contente de la réduction des protéines animales, on essaie de manger Qualitay, et on tricote avec notre conscience. En plus à la maison, le Mari est chiant en légumes et l’aînée est légumophobe alors vois-tu-bien le casse-tête…
    Tu nous redis si tu retourne du côté VG de la force ?

    Aimé par 1 personne

    1. Ma fille est légumophobe aussi, ça me désole, à une époque elle mangeait de tout, là rien que la vue d’un truc vert et elle devient très suspicieuse « c’est quoi ça », comme si on essayait de l’empoisonner en douce 😂. Sauf qu’avec les préférences alimentaires de chacun on ne s’en sort pas 😩.
      J’avais lu l’histoire d’un mec végane pendant casi 10 ans qui avait bâti son entreprise et tout son style de vie sur le véganisme… Des problèmes de santé, de fatigue malgré une hygiène de vie irréprochable… puis un jour après un long cheminement il mange du saumon. Le soir même il jouit dans son sommeil 😅. Plus clair comme message y’a pas, en tout cas c’était son analyse.
      Pour l’instant je mange de la viande avec plaisir… Je suis en pleine redécouverte du confit de canard, cette pure merveille 😍, je ne m’en lasse pas 🙈🙈🙈.

      J’aime

  3. Coucouuu par ici ! Moi je mange beaucoup de viande de poissons et très peu des autres viandes mais j’en mange quand même. C’est une forme d’addiction, une facilité aussi de préparation pour avoir des idées… J’avoue m’être posée la question plusieurs fois sur ma consommation de poissons. J’essai de faire un effort mais c’est vraiment difficile. Chapeau d’avoir testé déjà, avoir conscience des choses est déjà un pas. Petit à petit on parviendra surement à équilibrer les choses à mesure aussi que nos enfants grandissent… je l’espère.

    Aimé par 1 personne

    1. Je n’ai jamais vraiment aimé le poisson, sauf quelques plats précis (quoique les croustibat occupent une place spéciale dans mon coeur). À l’inverse je mettais des lardons partout 😅. J’avais vu un super documentaire sur Arte à propos de la pêche mais que je ne retrouve pas sur leur chaîne Youtube mais trouvé sur une autre chaîne : https://www.youtube.com/watch?v=-TOEI4WCvvg Il m’avait beaucoup marqué…

      J’aime

  4. Ici, on mange peu de viande/poisson car je ne suis pas une grande fan et je n’en ressens pas un grand besoin. Par contre, je me sais incapable de me passer totalement de saucisson, rillettes ou même d’un bon burger de temps en temps.
    Je n’ai aucun problème à cuisiner végétarien, j’aime bien les légumes, les lentilles… Mais je déteste le tofu ! Et je ne comprends pas pourquoi tant de resto vont te proposer un copier coller d’un plat « à viande » en remplacant la viande par autre chose qui soit disant à le même goût. Genre le boeuf bourguignon végétarien ! Il y a plein de super plats végé pas besoin de copier ce qui à de la viande ou du poisson.

    Je pense que le plus important c’est de savoir que la viande n’est pas nécessaire à tous les repas. C’est déjà un premier pas très important pour notre santé et pour la planète.

    Enfin, ton article illustre très bien l’irrespect des gens. Qui sont-ils pour te juger ou te critiquer ? Tu fais ce que tu veux de ta vie ! Il faut absolument apprendre à envoyer les gens sur les roses ! Vis ta vie comme tu le souhaite et ignore les !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui en quoi ce que JE mange les regarde… C’est fou. Je ne comprends toujours pas pourquoi, est ce que ce sujet est tellement sensible qu’il faut se ranger derrière une opinion bien tranchée ?! Les gens peuvent penser ce qu’ils veulent, ils peuvent désapprouver tel ou tel régime alimentaire dans le silence de leur tête mais pas plus 🤔. Et il y a beaucoup de gens un peu passif agressif, style le « tu mangeras le sapin après Noël » qui se voulait être une blague mais qui n’est pas très bien passé 😩. Je n’aurais aucun problème avec ce que disent les gens mais quand c’est ton mari qui te met des batons dans les roues c’est autrement plus compliqué 😩😩.
      J’ai toujours été très saucisson. Après deux ans sans viande quand j’ai re goûté du saucisson… avec toujours un peu peur que le souvenir que j’en ai soit meilleur que la réalité… et bien pas du tout 😂 le saucisson c’est trop trop bon 😂😂.

      J’aime

  5. Je suis très contente de te lire à nouveau ! Ici notre cheminement vers un mode de vie plus écologique à fait que nous avons totalement revu le contenu de notre assiette. Nous mangeons prioritairement local, raisonné ou bio. Mais, même si je ne suis pas une grande mangeuse de viandes (mon mari un peu plus) je n’ai pas sauté le pas, par contre je suis ultra vigilante sur la provenance de la viande (uniquement de l’ultra local dont je connais les conditions d’élevage) et le poisson à quasi disparu : nous nous limitons à la pisciculture bio d’une commune voisine qui fait de la truite (fraiche, fumée, gravlax etc). Le reste (autre poisson, crustacés…) est exceptionnel. Et pour l’instant ça nous convient à tous ! Finalement quand on regarde les compagnies aériennes qui tournent à vide, les dirigeants qui vont aux sommets climatiques en jet ou les piste de ski artificielles dans le désert, on peut bien se permettre une entrecôte de temps en temps sans culpabiliser (bon, pour mpi ce sera plutôt une côte de porc, je n’aime pas l’entrecôte 😋)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 👍🙂. La qualité plutôt que la quantité cela me paraît très bien👏 ! Mais je n’arrive pas à me poser des limites en terme de quantité de viande / poisson, et c’était d’ailleurs une des raisons qui m’avait poussé à devenir végétarienne. Je me disais ok 3 repas par semaine je n’y arrivais pas, que des viandes blanches ça n’a pas marché non plus, la tentation trop grande j’imagine, tu rajoutes des lardons quand tu cuisines, puis tu manges du saucisson à l’apéro… Bref le tout ou rien est plus facile pour moi.
      On a une pisciculture à côté de chez nous… Un des nos amis y travaille et nous l’a fait visiter. Il nous avait dit qu’on allait être un peu choqué et pour préparer le terrain il nous avait dit : « on est 7 employés. Sur les 7 y’a un géniticien. ». Voilà 😫. Effectivement… J’espère que les autres piscicultures sont mieux !!!

      J’aime

  6. Merci pour cet article et ton blog en général que je suis depuis un moment mais que je commente pour la première fois !

    Ici c’est monsieur qui est végétarien et ce depuis bien avant que je le connaisse.
    Je ne suis pas une grande viandarde aussi je suis rapidement devenue flexitarienne : plus de viande/poisson à la maison mais encore au restaurant ou quand on est invité…
    Cela se corse un peu avec notre fille. Nous lui cuisinons des petits pots végétariens mais achetons aussi des petits pots « industriels » et le choix végétarien est très faible. On sait aussi qu’elle sera amenée à en manger à la cantine, chez les grands-parents…

    Bref les discussions entre nous, en famille ont encore de beaux jours devant elles 😉

    Ce qui est sûr c’est qu’on expliquera les choses à notre fille. J’ai déjà entendu des parents dirent « ah non non le porc c’est pas un cochon, oh ben non la viande c’est le boucher qui la fabrique, rien à voir avec l’animal »

    Aimé par 1 personne

    1. Oh je suis choquée par « non le porc c’est pas un cochon » 😳… Ma fille sait ce qu’elle mange dans son assiette mais elle s’en fiche royalement. Elle nous a vu dépecer un sanglier, ça ne lui a fait ni chaud ni froid, et elle a l’a beaucoup apprécié dans son assiette.
      Moi rien que voir le dessin d’un pêcheur dans un livre pour un enfant je me sens pas bien 😅 je bloque vraiment sur la pêche 🙃.
      J’aimerais bien avoir un mari végétarien mais il aime TELLEMENT le poisson, et ses prises de position sur l’alimentation sont tellement inflexibles, mieux vaut ne pas aborder le sujet (et il a un côté pugnace). Déjà qu’après des années de travail de fond j’ai réussi à lui faire reconnaître que le bio c’était quand même pas si mal pour X et Y raison 😅 (pour lui c’est de la fumisterie, bio ou conventionnel c’est tout autant mauvais pour l’environnement, la santé 🤔🤔).

      J’aime

  7. Les protéines contribuent largement à la sensation de satiété, ce que tu décris ne m’étonne donc pas. Je ne comprends pas qu’on puisse juger ton choix. De mon côté, pas très fan de viande non plus, je préfère privilégier la quantité à la qualité. On a diminué la fréquence des repas avec viande/poisson à la maison, mais nous ne nous en passerons pas totalement.
    Tu pourrais peut-être voir un médecin nutritionniste pour te relancer avec un cadre adapté à tes besoins?

    Aimé par 1 personne

    1. Oui ce serait une bonne idée 👍. Seule c’est tout ou rien, soit végétarienne soit je me gave de viande, soit je mange très équilibré bio local etc soit c’est du n’importe quoi, du sucré des féculents des plats tout prêts 🙃. Et puis si je pouvais perdre au passage mes kilos de grossesse 😅… Merci pour ton commentaire 🙂.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :