Comment Le Coronavirus A Mis K.O Notre Activité Professionnelle

Notre métier, à l’Époux et à moi, est de louer notre domaine les week-ends pour des mariages (ce dont je parlais plus en détails dans cet article), une activité complètement mise à l’arrêt suite à l’épidémie de covid-19. Une carte malchance pour nous comme pour des milliers d’autres personnes travaillant dans les secteurs du tourisme, de l’événementiel et de la culture, les plus touchés actuellement.

B5EF4F06-28DC-40FC-B2E1-474E5B8ACF57
Le chef d’entreprise, une espèce en voie de disparition.

Des salles de réception… sans réception

Début mars je conversais au téléphone avec un DJ qui anime parfois les mariages organisés chez nous. Nous étions confiants, persuadés que notre activité ne serait peu ou pas impacté par le covid 19. HA HA HA.

À chaque annonce du gouvernement nous recevions le jour d’après des emails ou des appels de nos couples pour reporter, dans la grande majorité des cas, mais aussi pour annuler. Plus le temps passait et plus le calendrier se vidait, progressivement et inexorablement, une situation qui nous a plongé dans la plus grande frustration.

CF4D5743-AD35-4BE1-9EE1-6453BCEE4428
Les bienfaits du confinement. Toi même tu sais.

Certains couples furent très reconnaissants de pouvoir décaler leur date de mariage et nous ont même proposés de nous verser le solde au cas où nous serions en difficulté financière. En revanche d’autres furent plus exigeants et bien moins compréhensifs : ceux qui exigent une date en particulier, bien souvent déjà réservée, et qui refusent toute autre alternative, ceux qui souhaitent le remboursement de leur acompte IMMÉDIATEMENT en joignant leur RIB (à mon avis l’épreuve du confinement a occasionné quelques séparations), ceux qui reportent mais qui changent plusieurs fois de dates car ils n’arrivent pas à concorder tous les prestataires déjà réservés…

Au final il ne nous reste qu’UN SEUL mariage maintenu en 2020, où comment notre vie va se transformer en Pékin Express avec les 3 francs 6 sous que nous allons gagner. Pour ajouter un peu de piment à ce challenge rien ne garantit un retour à la normale dans les années à venir. Génial.

Quelles perspectives d’avenir ?

Les fourmis économes que nous sommes avons quelques sous de côté, histoire de pouvoir continuer à payer les factures qui arrivent. J’aurais préféré partir en vacances en famille ou payer des cours d’initiation au judo à la descendance (les sports de contact sont à oublier de toutes façons) mais notre maison étant aussi notre gagne pain il faut donc, je pense, qu’on s’y accroche coûte que coûte.

CAFE493E-0258-40A2-9135-9D992E82A1C2
À la place des poignées de main je vote pour le salut vulcain.

Nous avons une seconde activité professionnelle qui nous permet de générer un chiffre d’affaires complémentaire d’environ 5 000 / 6 000 € par an. Entre le seul mariage encore maintenu cette année (et qui sera sans doute lui aussi reporté, je ne me fais pas d’illusion) et cette mystérieuse seconde activité professionnelle nous sommes LOIN d’avoir assez pour couvrir nos frais d’entreprise : presque 8 000€ de charges sociales (RSI je t’aime), 3 000€ de frais comptable (ce dernier étant obligatoire pour nous), 2 000€ de taxe foncière, plus les assurances…

Nous pourrions développer au maximum notre seconde activité professionnelle cette année mais je redoute un investissement financier qui ne sera pas forcément fructueux.

84E9DBB1-C64F-441C-A5A7-5CF0A51AB381
Aucune décision n’est facile à prendre actuellement.

Grâce aux aides du gouvernement nous avons eu droit à quelques rentrées d’argent ici et là, en tout environ 1 700€ pour mars et avril (nous espérons plus pour le mois de mai), ce qui est mieux que rien, mais je doute que ces aides perdurent tout l’été.

Cet été s’annonce donc très calme alors que c’est une période où nous croulons habituellement sous le travail. J’avoue que l’idée, peut être idiote pour certains, de concevoir un deuxième enfant m’a plusieurs fois traversé l’esprit. Il est tellement délicat de jongler entre son activité professionnelle en tant qu’indépendant et une grossesse (les désagréments multiples, l’inconnue de la date d’accouchement, la fatigue…) ou la présence d’un nouveau né (les tétées à rallonge, les endormissements fastidieux, encore la fatigue…) que la perspective d’une année sans travail semble être le moment idéal… encore faudrait il mettre de côté les nombreuses incertitudes du futur.

4054C1C4-0734-4E3E-A2FB-728857023FF0
La mode été 2020.

État d’esprit

Certains jours je suis envahie par l’inquiétude et mon tempérament plutôt pessimiste n’arrange rien : et s’il y avait une deuxième vague en 2021 ? Et si le vaccin tant attendu nécessitait des années avant d’être trouvé ? Et si une fois le covid 19 maîtrisé nous étions frappés de plein fouet par une crise encore plus violente, cette fois environnementale ? Et si l’appauvrissement général faisait que quelque soit notre activité professionnelle nous ne puissions plus en vivre ?

D’autres jours je suis plus sereine et optimiste : nous avons des économies, le gouvernement sera là pour nous maintenir à flots, nous pouvons reconvertir notre entreprise en fonction des secteurs qui s’en sortent bien, adopter un mode de vie encore plus dépouillé.

21B456BE-8DBB-41B0-B6CD-13A8DF34ECFB
Programme de cet été : se la couler douce.

Dès le début du confinement nous avons commencé à nous serrer la ceinture car la récession qui s’annonce ne présage rien de bon pour personne (coucou les entreprises qui font faillite, coucou les suppressions d’emploi) : contrat d’assurance changé pour le strict minimum, moins de bio / local et plus de conventionnel du supermarché, au moins deux repas par semaine avec des plantes sauvages, aucun achat dont nous n’ayons pas réellement besoin.

Je m’inquiète pour nous mais aussi pour tous ceux déjà fragilisés au quotidien, ces invisibles petites fourmis qui vivent dans la précarité et qui jonglent chaque fin de mois pour payer factures et crédits (magnifique documentaire Arte sur le déclassement social à voir ici). Le nouveau mode de vie imposé par le coronavirus touchera d’abord les personnes aux revenus modestes, ce qui nourrira de nouvelles amertumes qui s’exprimeront au bord des rond-points. La pandémie n’a bien sûr pas créé ce fossé entre les riches et les pauvres mais elle va considérablement l’agrandir.

7E4C030D-D441-49F7-A030-7E7BEAB333ED
Déconfinement oui ; retour à la normale non.

======
As tu été impacté par le covid 19 au niveau professionnel ? Je t’attends dans les commentaires pour en discuter !

8 commentaires sur “Comment Le Coronavirus A Mis K.O Notre Activité Professionnelle

Ajouter un commentaire

  1. Coucou
    Moi aussi j’ai une micro entreprise en plus de mon travail. Heureusement, quand je ne gagné rien, je ne paie pas d’impôts.
    Courage, c’est une dure période à passer.

    J'aime

  2. Ce que tu décris est terrible, parce qu’effectivement dans ton domaine on ne parle même pas d’un ralentissement mais d’un arrêt pur et simple. Sincèrement je suis moins pessimiste que toi pour l’avenir. J’espère que 2021 verra la fin de cette pandémie, et que le salut viendra d’un vaccin. En attendant je vous souhaite énormément de courage pour traverser ce désert.

    Aimé par 1 personne

  3. Hier soir une amie m’annonçait le repport quasi certain de son mariage qui devait avoir lieu en juillet et j’ai tout de suite pensé à toi. En effet, c’est une période terrible pour les activités liées à l’événementiel et au tourisme. Je suis employée, bien couverte par une prévoyance qui a complété ce que j’ai perçu au titre de l’arrêt pour garde d’enfant, l’homme n’a pas été impacté et chez nous les finances n’ont donc pas été touchées par cette crise. En revanche, la petite entreprise dans laquelle je bosse peine à remonter la pente même si l’activité reprend doucement.
    Je suis d’un naturel optimiste, en général je vois presque toujours le verre à moitié plein, mais depuis le début du confinement il arrive que des doutes m’envahissent.

    Aimé par 1 personne

  4. Nous gerons un hôtel restaurant et salles de séminaires mariages avec mon conjoint donc autant te dire que je comprends ton article à 1000%
    Je trouve ça super beau que malgré tout cela tu envisages d’agrandir ta famille et rien que pour ça tiens jai envie de t’envoyer 1 bisous virtuel!!

    J'aime

  5. C’est terrible, je pensais justement à votre activité l’autre jour en regardant les infos et en voyant le nombre de mariages annulés cet été. Je me demande si la mairie de ta ville ne peux pas te donner des pistes pour te mettre rapidement en relation avec des structures qui pourraient avoir besoin de votre domaine pour des événements. Le vie devrait reprendre son cours mais c’est vrai que cet été semble compromis. Peut être qu’il y aura plus de mariages d’hiver ? Je croise les doigts pour vous.

    J'aime

  6. Plein de soutien !
    Moi et mon Mari travaillons dans des secteurs qui n’ont pas connu de ralentissement, donc nous ne sommes pas impactés au niveau financier… mais je n’ose imaginer le tourisme et l’évènementiel !
    Peut-être que des tous petits rassemblements vont se créer, à défaut de grands mariages ?

    J'aime

  7. Je compatis. Cette pandémie est vraiment un sale coup pour les indépendants comme toi. L’avantage est que souvent, on a la mémoire courte : la vie repart en Chine comme avant, il y a gros à parier que ce sera le cas en France. Passé quelques semaines, les dépenses reprendront. je te souhaite bon courage pour franchir ce cap difficile.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :