Surpoids, Régime Et Image De Soi

Aujourd’hui au programme un article sur un sujet de la plus haute importance et pas du tout raccord avec le confinement : les régimes.

Je n’ai jamais connu de désordre alimentaire mais la nourriture a souvent été un refuge pour moi lorsque j’étais mal dans ma peau. Je mangeais trop, trop vite, trop souvent, trop gras, trop de féculents mais ces repas copieux et très caloriques m’apportaient un sentiment d’apaisement. J’ai pendant longtemps privilégié le plaisir gustatif à un intérêt nutritionnel pour mon corps et ma santé.

1CC88B0C-C283-432A-A552-675E46CD8863
Pour moi manger est le plus grand plaisir de la vie.

Après ma grossesse où j’ai pris 25 kilos, et après avoir encore pris du poids face au stress dû à la gestion d’un premier enfant, je me suis retrouvée en surpoids, à 94 kilos. Aïe.

Vis ma vie de femme au régime

J’ai entamé une dépression un régime au mois de mai 2019 et j’ai été consternée par la facilité qu’à mon corps à empiler de la graisse en comparaison avec les souffrances qu’il faut traverser pour perdre du poids.

Être au régime signifie suivre une TRÈS longue liste de restrictions alimentaires où tu ne peux rien manger mis à part des légumes sans sel et sans sauce et un peu de poulet ou de blanc d’oeuf (et quand tu deviens végétarienne en cours de route c’est encore plus restrictif).

AC8074D9-601C-4EE4-9BDC-BCE5D65C9A78
La liste de ce que tu as le droit de manger au régime.

Selon l’Époux, ce pauvre martyre, j’ai été tellement de mauvaise humeur pendant mon régime qu’il en a considéreré le divorce. Évidement manger une énième boîte de haricots verts quand lui et la descendance mangent un bon plat de pâtes devant moi c’est délicat. Et quand en plus après un repas frugal je dois faire un peu d’exercice physique il est difficile d’être gaie.

Suivi par une diététicienne

J’ai choisi d’être suivi par une diététicienne pour la première fois de ma vie car cela faisait plus de deux ans que je me trainais mon surpoids, à toujours reporter au lendemain le début de mon régime. J’en avais plus que marre de ces vêtements informes achetés au rayon grandes tailles, de mon allure de cube, de ce ventre qui ressortais toujours.

27E4CA32-8C28-45A9-A543-54D17F36246A
Et encore je ne parle pas de mon horrible double menton.

Être suivi par une diététicienne m’a obligé à être sérieuse dans mon régime et sans elle je serais toujours empêtrée dans mon surpoids. Cela reste une expérience assez désagréable dans la mesure où il faut se déshabiller, au sens propre et au sens figuré, face à une autre personne. Dans mon cas ma diététicienne est une jeune femme maigrichonne et je me sentais l’âme d’un éléphant à côté d’elle.

Ma diététicienne m’aura cependant permis de transformer ma façon de m’alimenter et de retrouver le plaisir de manger sainement là où je croyais que seules les plâtrées de pâtes pouvaient me rendre heureuse.

Perte de poids

Heureusement les efforts payent, même si c’est long, très long. Je suis passée de 94 kilos à 63 kilos (je te laisse le soin de faire la soustraction). Ma diététicienne qualifie ma perte de poids de « lente » et sa petite moue déçue quand je montais sur la balance avait le don de me décourager. Je sais bien que d’autres arrivent à fondre beaucoup plus rapidement, et tant mieux pour eux, mais je ne pouvais pas faire plus.

971183F0-05EA-41B4-8C16-D57AD794B446

Normalement mon régime devait se terminer à 70 kilos, juste assez pour revenir à un IMC normal, mais impossible pour moi de m’arrêter alors que j’avais l’impression d’avoir encore beaucoup de kilos superflus. L’Époux a parfois perdu patience face à ce régime qui s’éternisait et me demandait sans cesse quel poids il me faudrait pour être enfin satisfaite, ce dont je n’ai toujours aucune idée.

Image de soi

Cette perte de poids reste très surréaliste pour moi car j’ai toujours l’impression de peser 94 kilos. Vraiment. J’ai peur du regard des autres sur mon corps comme si je n’avais pas perdu un seul gramme. En m’observant dans le miroir je me vois comme avant : ce gros fessier, ces cuissots, ces bourrelets… J’ai pourtant perdu 30 kilos mais mise à part ma poitrine qui est passée d’un C à juste deux tétons posés sur mon torse il n’y a pas eu de changement là où je le souhaitais (ou du moins j’ai cette impression).

67FF35CD-6F73-408B-8D20-5EFB2D22FBEE
Est on condamné en tant que femme a être éternellement insatisfaite de son apparence ?

À la douce époque où je pesais 55 kilos je me trouvais déjà grosse (avec le recul je me dis que j’avais beaucoup de culot) et j’enviais les femmes longilignes. Même si le corps idéal est un mythe qu’aucune d’entre nous n’atteindra jamais comment ne pas se laisser influencer par l’image de la femme dans les médias, et y compris par le diktat de la minceur ?

La fin du régime

J’ai arrêté mon régime à 63 kilos car malgré tous mes efforts je n’arrivais plus à perdre du poids. Je sautais régulièrement le repas du soir et tant pis si je me sentais faible après et si mon ventre gargouillait à n’en plus finir. Après de longs mois en restrictions alimentaires je perdais tant mes cheveux que je n’osais plus les brosser et ce même si ma diététicienne me prévoyait des menus pour éviter des carences.

Mes repas étaient devenus terriblement répétitifs entre les recommandations de la diététicienne et mes exigences personnelles : il fallait que je mange sainement, biologique, végétarien, sans sucre, fait maison, local, zéro déchet et bien sûr pas trop cher.

Quelques temps après la fin du régime nous avons passés deux semaines chez de la famille où j’ai mangé COMME UN OGRE, à tel point que j’avais presque honte de moi d’avaler de telles quantités. J’ai mangé des chips, des frites, de la pâte à tartiner au chocolat, du fromage en veux tu en voilà, du tiramisu, des beignets au chocolat, de la chantilly… Bref, j’ai comblé toutes les frustrations que j’avais accumulé.

D413B66B-3720-4F30-A08C-B55412A74C51
Exactement ce que ma diététicienne m’avait dit de ne pas faire.

Aujourd’hui j’ai certainement repris un peu de poids, le confinement et son climat anxiogène n’aidant pas, mais j’ai enfin la satisfaction d’avoir repris un IMC normal.

=====
Quelles sont tes expériences avec les régimes ? Des astuces pour ne pas reprendre le poids perdu ? Raconte moi tout dans les commentaires !

15 commentaires sur “Surpoids, Régime Et Image De Soi

Ajouter un commentaire

  1. Bravo tu es allée jusqu’au bout de ta démarche !
    L’image de soi c’est le plus difficile à travailler ! Il faut que tu reprennes confiance en toi petit à petit. C’est ce que l’on fait de temps en temps au boulot : petit à petit, pas à pas pour avancer et s’épanouir !
    Et tu n’es pas seule, ton mari te soutient et il faut profiter de la situation !
    Plein de bonnes choses pour la suite de ta démarche.

    J'aime

  2. C’est un article passionnant et peut-être qu’il n’a pas été très facile à écrire pour toi. Ou au contraire, peut-être qu’il te libère d’un « POIDS », ce que j’espère.
    Alors, j’aimerais te faire part de ma petite expérience à ce sujet avec deux points : Ma mère, et moi.
    Ma mère, quand j’étais petite pesait 120kgs. Bien sûr, sa vie c’était régime, rechute, régime, rechute… Moi, je la trouvais belle comme ça, ma maman. Ensuite, elle a fait une grave dépression, et puis elle a perdu énormément de poids et est arrivée à ce dont elle « rêvait ». Elle me faisait peur. A partir de là, elle n’a plus jamais été « grosse », et pourtant, je ne l’ai jamais trouvé aussi jolie que quand j’étais petite avec tous ses kilos. Et elle, malgré le fait qu’elle ne se sentait plus grosse, elle n’était pourtant toujours pas confiante…
    Moi, quand j’était plus jeune, j’étais trop maigre, et je me faisais emmerdée à l’école à cause de ça. Je vivais aussi mal ma maigreur que ma mère vivait mal sa grosseur. Comme quoi…
    Je crois qu’à travers tout ça, j’ai appris deux ou trois choses importantes : – Le plus important, c’est d’être à l’aise comme on est. Il n’y a pas de poids à atteindre en particulier. Parfois, il vaut mieux apprendre à s’aimer avec ses kilos en trop ou avec ses kilos manquant plutôt que tout faire pour changer. – L’alimentation, c’est aussi avant tout une question de santé. Manger sain pour maigrir, mouais.. Manger sain, c’est surtout important pour ne pas tomber malade. Se faire plaisir de temps en temps, c’est tout aussi important. Mais… vouloir toujours manger du gras, du sucré, du salé, c’est peut-être un problème plutôt dans la tête que dans le corps. Un vide à combler, des émotions qu’on a du mal à gérer… C’est à méditer. J’ai remarqué que mes envies, mon alimentation et mon corps changeaient en fonction de mes émotions et des épreuves que je traversais dans la vie… Donc c’est pour ça que je te dis ça. Ce n’est pas le cas de tout le monde bien sûr, mais personnellement, quand je grignote beaucoup, c’est souvent quand je suis plus stressée ou triste.. 🙂 – Et enfin, PERSONNE ne doit choisir à ta place et personne n’a à te juger. C’est ton corps. C’est toi que ça regarde. Et puis quand tu te lances et que tu te motives, un peu de solidarité autour de toi, ça peut faire du bien. Même si les autres ne sont pas obligés de se « priver », mais bon, manger sain, c’est quand même censé être une bonne chose pour tout le monde. Donc bravo et bon courage pour la suite. Prends soin de toi pour être en bonne santé et la plus apaisée possible, c’est tout ce que je te souhaite.
    Désolée pour le roman hihi

    J'aime

  3. Je me suis demandé si j’allais osé commenter… on verra bien si je me fais lynché à distance…
    je n’ai jamais, jamais fait de régime de ma vie. J’ai toujours pesé entre 48 et 52 kg, je n’ai pris que 10 kg enceinte. Je pense que je mange équilibré mais je suis aussi très gourmande.  Malgré tout je crois que la nature m’a doté d’un métabolisme particulier… mais cela m’a longtemps joué des tours, je pensais que c’était normal et que les personnes moins chanceuse s’empiffraint, j’étais très dure avec les personnes en surpoids et je m’en veux beaucoup…
    je suis très admirative de la façon dont tu as géré ton rééquilibrage alimentaire !

    J'aime

  4. Ah la question du poids, quand on est une femme et en plus quand on a eu un enfant et que le corps change d’un coup… Moi j’ai décidé d’arrêter de regarder les nombres (ma balance ne marche même plus) mais de me référer aux habits que j’aime le plus porter. Quand ça commence à serrer ça me donne le signal pour faire attention, et à partir de là je fais ce que je peut. franchement bravo vraiment pour ce que tu as déjà accomplie. 30 kg c’est énorme. bravo pour ça.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci tu es adorable ☀️ ! C’est vrai que je suis plutôt fière de cette perte de poids et je me félicite quotidiennement à travers des pizzas et des plats de pâtes 😂. C’est bien de ne pas être focalisée sur les chiffres, c’est source de stress, comme pour les bébés qui grossissent trop ou pas assez vite. J’espère te lire bientôt sur ton blog !

      Aimé par 1 personne

  5. Bonjour
    Pour ma part, j’avais perdu 39 kilos après de gros efforts comme toi sur de long mois…
    J’ai tenue le cap 4 ans.
    Puis j’ai tout repris…
    Je ne trouve plus la force de recommencer. C’est encore pire en confinement…

    Aimé par 1 personne

    1. C’est sûr que le confinement pousse à manger plus, par ennui et pour se rassurer. Ici nous n’avons plus de légumes, à part des épinards en boîte et des orties dans le jardin, adieu repas équilibrés 😅 ! Nous ne sommes pas sortis depuis le début du confinement et nous ne sortirons pas avant le 11 mai, la prochaine salade verte que nous mangerons sera sans doute succulente 😉. Courage à toi en cette période délicate 💪

      J'aime

        1. Oui tu as raison… mais manger riz, pâtes, patates après de longs mois de restrictions ça me plait, et puis c’est tellement bon les féculents 😅😅 Ma diététicienne serait effarée.

          J'aime

  6. Je te félicite pour ce parcours, cette volonté de fer qui ressort de cet article, et le courage sur la durée car presque 1 an de restrictions, ça doit être costaud et lourd à vivre. Je te souhaite une stabilisation et surtout un doux cheminement pour ré-apprivoiser ton corps délesté de ces kilos.

    En terme de régime, j’ai « seulement » vécu le régime sans sucre lors de mon diabète gesta, c’était 6 mois et ça m’a vraiment gonflé… Mais ça m’a aussi fait perdre 12 kilos, alors force était de constater que je mangeais hyper mal avant ma grossesse ! Aujourd’hui j’en ai gradé de bonnes habitudes et j’ai très peu repris… pourvu que ça dure !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire 😀 ! Par contre quand il s’agissait de manger en quantité raisonnable pendant ma grossesse là je peux t’assurer qu’il n’y avait aucune volonté de fer 😂. Au tout début je me suis lancée au régime dans la perspective d’une seconde grossesse mais maintenant que le poids est perdu je ne suis plus sûre de rien. Avec le confinement je suis un peu stressée car nous avons notre entreprise dans l’évènementiel et forcément je mange plus que ce que je ne devrais 😬.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :