Bilan : Fin De L’Allaitement À Deux Ans

Aujourd’hui la descendance a deux ans (et quelques semaines) et elle ne tète enfin plus. Le mois dernier nous n’avions plus que la tétée du matin et plusieurs fois nous nous sommes levés en l’oubliant, signe que nous étions prêtes toutes les deux à passer à autre chose.

Je revois comme si c’était hier ma poupette avec ses innombrables bourrelets, son triple menton et son gras qui dépassait des pressions de ses vêtements, elle qui tétait vite, bien et souvent. Je me souviens encore de la sensation lourde et douloureuse des seins engorgés, du lait qui se mettait instantanément à couler dès que la descendance pleurnichait (et des fuites de lait pas très glamour) et de ma satisfaction à voir le lait que je produisais.

Combien de fois m’a t’on dit que je devais l’allaiter moins souvent…

Le long chemin parfois tortueux qu’est l’allaitement m’a permis de m’accomplir en tant que mère nourricière, ce qui était indispensable dans ma vision de la maternité. J’ai fabriqué du lait pendant 2 ans, lait qui a été la seule nourriture de la descendance pendant presque 7 mois.

Les trois biberons que ma fille a ingurgité quand elle avait moins d’un mois car sa prise de poids était jugée trop lente me restent toujours un peu en travers de la gorge. Pourtant il est difficile de donner le sein 20 heures sur 24 quand la tétée est synonyme de douleurs et d’épuisement et que les conseils de l’entourage et des professionnels de santé sont contradictoires.

Ceci dit, après 1 mois rempli de doutes, à parcourir d’innombrables pages internet en mode “mais pourquoi ai je autant mal quand j’allaite” les douleurs se sont estompées progressivement. Était ce un frein de lèvre trop court, une mauvaise position lors de la tétée, une trop grande sensibilité de ma part ? Je ne le saurais jamais.

Ce à quoi je ressemblais après une nuit en pleine poussée de croissance.

Au bout d’un mois nous nous sommes aussi retrouvés tous les trois seuls à la maison et je me suis tout de suite sentie mieux moralement, d’autant plus que je n’ai pas bien vécu le séjour de mon père et de sa compagne chez nous. J’ai enfin pu me familiariser avec ce tout nouveau rôle de maman, sans regard inquisiteur ni jugement autour de moi, moi qui n’avais jamais eu de désir d’enfant, qui ne m’était jamais projetée maman et qui n’avait jamais touché à un bébé de ma vie.

Toujours est il que la lactation un peu maigre des débuts a fait place à une hyperlactation avec une descendance grosse comme un cochon dont la courbe de poids partait à la verticale et avec des litres de lait qui s’amoncelaient dans le congélateur.

Deux ans l’allaitement cela représente pour nous environ 1600 tétées. Des tétées de 45 minutes (par sein bien sûr) au tout début, des tétées en hiver quand il faut bon gré mal gré se dévêtir pour donner le sein, des tétées un peu tendues lors des poussées dentaires, des tétées nocturnes dans un silence et une obscurité plaisante où chacune se rendort aussi sec tout de suite après (mes préférées), des tétées dans le jardin avec nos poules…

Je suis fière d’avoir allaité deux ans dans un pays où le lait infantile s’est imposé comme la norme, fière d’avoir traversé une dizaine de poussées de dentaires et deux grèves de la tétées, fière d’avoir pu concilier l’allaitement avec notre travail, fière d’avoir tenu tête aux regards désobligeants et aux vilaines remarques. Cet allaitement est pour moi le symbole d’une victoire.

Mon ressenti après avoir allaité deux ans alors que mon objectif initial était 6 mois.

Aujourd’hui j’ai rangé mon tire lait, ce fidèle ami qui m’a évité bien des engorgements, mes coussinets lavables, mes crèmes anti-crevasses et le livre de la Leche League. Si nous avons un deuxième enfant je souhaiterais bien sûr l’allaiter. Les douces tétées, les yeux dans les yeux, corps contre corps, sont vraiment magiques et forment pour moi un souvenir impérissable.

Après deux ans d’expérience je me sens tellement mieux armée que quand j’étais enceinte de la descendance ! Le cours de préparation à l’allaitement auquel j’ai eu droit ne m’a préparé à rien du tout car il est impossible d’apprendre à donner le sein avec un poupon en plastique ! Quelle perte de temps.

Je suis heureuse d’avoir allaité deux ans, et encore plus heureuse de l’avoir vécu pleinement. La descendance ne se souviendra pas de nos tétées alors que ces dernières seront à jamais gravées dans ma mémoire. Le bébé qui autrefois tétait avec avidité et qui passait de longues heures sur mon dos dans le porte bébé est devenu une petite fille pleine de vie, indépendante et qui mange de tout avec un appétit d’ogre.

Une belle tétée d’été pour une descendance bien dodue.

Pour celles qui veulent en savoir plus sur l’allaitement voici quelques recommandations personnelles qui m’ont aidé pendant ces deux années :

Je souhaite une belle aventure lactée à toutes les mamans qui veulent allaiter ou qui allaitent.

—-
Pour quelles raisons as tu allaité ton enfant ? À l’inverse pour quelles raisons as tu préféré le lait infantile ? Raconte moi tout dans les commentaires !

6 commentaires sur “Bilan : Fin De L’Allaitement À Deux Ans

Ajouter un commentaire

  1. C’est un bel article plein d’émotion qui met fin à une admirable page de votre vie. Probablement qu’elle oubliera (du moins, consciemment) cet allaitement long mais je suis certaine qu’il en restera un lien particulier entre elle et toi. Ici, pas d’allaitement pour La Bête, je pense que tu m’as suffisamment lue pour en connaître les raisons. Pour Numérobis cependant, je suis FERMEMENT décidée à l’allaiter, ou du moins à tout faire pour. C’est même un besoin viscéral, en plus d’une conviction. J’en rêve même la nuit, je suis bonne à enfermer tu crois?

    J'aime

  2. Oh que c’est émouvant. Ton article m’a ravivé pleins de beaux souvenirs. J’ai aussi allaité ma princesse et je ne regrette pas du tout. Il y a eu des difficultés au début mais on s’est accroché toute les deux et on a réussi. je suis fière de cet allaitement et du lien supplémentaire que cela a créer. Pleins de bisous à toutes les deux :*

    J'aime

  3. J’ai aussi choisi l’allaitement pour mon Doudou. Malgré que ma mère me l’a déconseille car elle avait eu beaucoup de mal avec moi!
    Mon retour d’expérience : ça m’a saoulé grave!!!!!!!!!
    Pourquoi? Car mon Doudou il pouvait rester des heures à téter le jour donc il dormait la nuit! Mais je suis une personne indépendante et là fini de faire ce que je veux quand je veux! Fini les courses qui s’éternisent, les visites surprises aux copines,……..bref tout tournait autour des longues tétées !!!!
    Quand tu commences à connaître par cœur le programme de toutes les chaînes de la TNT et du satellite c’est devenu pesant!
    Pourtant, l’allaitement s’est mis en place facilement, je n’ai jamais eu de douleur……oui je suis détestable et j’assume MAIS je me suis sentie prisonnière des tétées ! J’ai arrêté au bout de mon congé maternité sans aucun regret!

    J'aime

  4. Oh j’adore allaiter ! J’ai sevré ma fille après ses 3 ans, car j’étais enceinte de mon fils et les tétées étaient trop douloureuses. Je pense qu’elle y serait toujours sinon! Je ne sais pas si ça durera aussi longtemps avec mon fils. C’est différent, il est moins demandeur, mais nous verrons bien 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :