L’Envers du Décor #2 : Vivre Dans Un Château

Salut ! J’habite dans un château, et toi ?

Dans le précédent épisode de l’Envers du Décor j’expliquais que nous proposions notre domaine comme lieu de réception pour les mariages (pour en savoir plus sur cette activité professionnelle haute en couleur c’est par ici).

Aujourd’hui j’ai envie de revenir sur ce qu’implique de vivre dans une telle bâtisse car la vie de château est loin d’être aussi idyllique que ce que beaucoup imaginent. J’expliquerais dans un article ultérieur comment nous sommes invraisemblablement devenus propriétaires d’un château car avouons le il faut être un peu frappé pour se lancer dans un projet de vie aussi titanesque.

Le cliché qui nous exaspère le plus est celui de l’immense richesse supposé de tous les propriétaires de château. Ni l’Époux ni moi même venons de familles fortunés. Certes, il faut disposer de quelques moyens pour acquérir une telle propriété mais pas besoin d’être milliardaire non plus. Un coup d’oeil rapide sur les petites annonces immobilières suffit à comprendre qu’un joli petit château avec parc de plusieurs hectares coûte MOINS CHER qu’un appartement de 150m2 au centre de Paris.

Ce petit château et son parc de 10 hectares ne coûte que 970 000€.

Comme pour tous les lieux chargés d’histoire notre domaine attire les curieux qui aimerait “visiter” alors que nous ne sommes en aucun cas un musée ouvert au public. Souvent nous retrouvons des inconnus en train de déambuler dans notre cour. Quand nous leur expliquons qu’ils sont sur une propriété privée la plupart jouent aux idiots qui étrangement n’auraient vu aucun de nos panneaux. Nous avons tout entendu : « C’est privé ? Ah on laisse juste la voiture on va se promener. », « En quoi on vous dérange ? » (probablement la réponse qui m’enrage le plus), « Vous êtes sûrs que c’est privé ?! »…

Ma réaction à chaque fois…

Ces échanges stériles et répétitifs ont usé de toute notre patience et nous sommes devenus intransigeants : j’ai même demandé à cette maman qui allaitait son bébé dans son véhicule de partir (il y a une aire de stationnement plus loin sur la route). Elle était outrée, tout comme je l’étais à l’idée que la faim d’un enfant suffise pour pouvoir contourner les lois. Plus d’une fois nous avons retrouvé dans notre cour ou le long de l’allée d’entrée (privée également) des mégots de cigarette et des déchets en tout genre dont du papier toilette usagé à proximité d’une méga crotte. C’est triste mais la seule façon de faire respecter une propriété privée est de tout clôturer, ce que ferons un jour.

Parfois nous avons droit à des « illuminés » (shamans, géobiologues, médiums…), attirés mystérieusement jusqu’à nous. Ces rencontres cocasses nous font sourire, par exemple lorsqu’il est question du « petit peuple » (lutins, fées, nains, vouivres…) qui vit dans notre jardin et au bord de la rivière. Plusieurs fois nous avons aussi été témoin de scènes incroyables d’inconnus secoués par les sanglots, parfois dans nos bras, tant ce qu’ils ressentent chez nous les bouleverse. Que dire de cette Uruguayenne qui avait longtemps économisé pour venir droit chez nous, au fin fond de nulle part, car notre propriété l’appelait dans ses rêves ? Nous l’avons reçu et… la suite (et plus encore) dans l’épisode 4 sur le magnétisme de notre propriété.

Tout ce que j’aime : des pierres, du bois massif, des meubles capitonnés, la richesse d’un passé.

De nombreuses rumeurs courent sur notre château et l’imagination débordante des habitants de la région est amusante. Nous aurions quelque part dans la maison un accès secret menant à deux tunnels souterrains, un partant au sud un autre au nord, qui auraient servi à s’enfuir en cas d’invasion et lors des guerres. Il y aurait aussi à l’extérieur une grotte qui, parait il, est tellement grande que personne n’a pu l’explorer en entier.

Nous ne prêtions pas d’attention à ces rumeurs jusqu’au jour où nous avons trouvé par hasard une cachette dans une des cheminées, à environ deux mètres du sol, avec un petit passage vers un espace de l’autre côté du mur où un homme peut se tenir debout. Comme dans les films. Sauf que la cachette n’était pas vide et nous y avions trouvé… un squelette ? Des bijoux en d’or ? Suspense ! Depuis, pris au jeu de cette « chasse au trésor » qui nous permet de retracer l’histoire de notre propriété nous avons cherché, secondé par mon T2 (alias le détecteur de métaux), nous avons interrogé les anciens pour les faire parler et… la suite dans l’épisode 3 (et oui il faudra attendre).

Tout ce que je n’aime pas : un intérieur moderne, insipide, froid, sans âme, inhospitalier.

Les habitants de notre commune, dont notre très cher maire, ne digèrent toujours pas le fait que la plus belle propriété des environs a été acquise par un étranger. Ils semblent pourtant oublier que personne dans la région n’avait les moyens et que les économies de ledit étranger ont permis de sauver un patrimoine historique qui autrement allait devenir une ruine inexploitable. En plus du prix d’achat initial il fallait compter sur des rénovations encore plus coûteuses : la priorité a été la toiture, la charpente (infestée par les capricornes) et la mise aux normes (électricité, plomberie, fosse sceptique…).

Dans la vie de tous les jours nous évitons au maximum de dire qui nous sommes et où nous habitons car les réactions sont parfois teintés de jalousie. Pourtant, mis à part le cadre de vie digne d’une carte postale notre château est un gouffre financier sans fond entre les travaux (de maintenance et de rénovation), la taxe foncière (plusieurs milliers d’euros), l’absence de revenus 6 mois par an (impossible de chauffer le bâtiment pour un mariage hivernal) alors que les factures ne se gênent pas pour tomber toute l’année (dont ce très cher RSI)…

Enfin un château à moins de 100 000€ !! Le château d’eau.

Au quotidien il y a toujours énormément de bricolage à faire rien que pour maintenir en état l’existant : les ardoises du toit qui s’envolent, une fuite d’eau, une porte qui ne ferme plus, un cumulus qui fait court circuit, un meuble à vernir… L’Époux a tout appris sur le tas (la plomberie, l’électricité, la menuiserie…) et garde dans le grenier un bric à brac ahurissant dont il se sert pour réparer absolument tout (il ferait de l’ombre à Mac Gyver, c’est dire). Il a dernièrement réparé une table d’extérieur en bois dont les pieds commençaient à pourir avec des morceaux de caoutchouc d’un tuyau à gaz sur lequel était inscrit « tuyau à remplacer avant 1984 ».

Souvent les châteaux ont un magnifique potentiel à exploiter mais beaucoup de travaux à prévoir.

Vivre dans un château c’est apprendre à apprécier ce charme où rien n’est droit, ni les sols ni les cheminées ni les murs. C’est devoir s’habituer au froid glacial dans les pièces que nous ne chauffons pas l’hiver (c’est à dire presque toutes) car il n’y a aucune isolation thermique. Il suffit de passer près d’une fenêtre pour sentir un courant d’air ; parfois les voilages bougent tout seul. C’est aussi devoir partager son grenier avec des souris, des loirs, des chauves souris, une couleuvre gaet une chouette hulotte. C’est découvrir la beauté des pierres de taille que je n’avais jamais remarqué avant.

C’est la fin de cet article sur la vie de château ! N’hésite pas à me dire dans les commentaires ce que tu en as pensé, si tu aimerais vivre dans un château ou si tu préfères une vie plus citadine…

17 commentaires sur “L’Envers du Décor #2 : Vivre Dans Un Château

Ajouter un commentaire

  1. Honnêtement je trouve ça génial et hyper enrichissant **pas financièrement bien sûr j’ai lu l’article 😉 et ne me faisais aucune illusion**. Mais me connaissant je me ferai pipi dessus de peur tous les soirs !
    J’adore les demeures qui ont des histoires à raconter mais chez les autres 😉

    J'aime

  2. Ca me rappelle mon enfance, j’ai grandi dans un château (non mes parents ne sont pas richissimes). Les hivers où on se caille, les visiteurs indélicats, la jalousie, le maire très con et fermé, le gouffre financier, je sais bien ce que c’est. Et j’avoue que tout cela ne me tente pas mais j’admire beaucoup ceux qui se lancent en préservant ainsi un patrimoine. Il faut vraiment être passionné, bricoleur, patient et avoir les nerfs solides ! J’adore les vieilles pierres et le charme de l’ancien, le neuf ce n’est vraiment pas mon truc, mais je me contente de mon appart dans un immeuble 1920 🙂

    J'aime

  3. Quel suspense ! Il me tarde de lire le troisième volet… Qu’est ce que ce château cache t’il ? 😉
    En tous cas, j’en reviens pas de ce qu’on vous sort quand on vient chez vous. « On vous dérange pas », non mais attend ! Ils sont chez toi quand même ! Quel culot :O
    Bref, pas si facile que ca en a l’air la vie de châtelain 😉
    A bientôt,
    Charlotte.

    J'aime

  4. Alors? Qu’est-ce qu’il y avait dans la cachette ???
    Je suis sûr qu’il doit y avoir des passages, mais ils sont peut-être bouchés.
    En tout cas, la vie de château ne me fait pas rêver, comme tu dis, tu te cailles les fesses en hiver et puis tu dois avoir pas mal de ménage à faire. Moi, je suis plutôt minimaliste (même si nous avons une grande maison)
    Enfin, je trouve ça vraiment génial que vous puissiez faire vivre ce château.
    Hâte de lire le prochain épisode 🙂

    J'aime

  5. Un article qui m’a rappelé plein de souvenirs, j’avais des amis au lycée qui vivaient dans un château. Le gouffre financier, les McGyver de la rénovation mais aussi les escaliers et les cheminées incroyables, le charme des lieux et ses passages secrets entre 2 pièces… tout ce que tu décris. Hâte de lire la suite.

    J'aime

  6. Je kiffe ! et je t’admire, je sais que c’est une ruine, et un sacerdoce, d’entretenir un château. Mais tomber en amour d’une bâtisse, cela ne s’explique pas et ne se raisonne pas. Bravo et merci à toi de sauvegarder notre patrimoine à tous !

    J'aime

  7. Ha les gens envieux et jaloux qui pensent que l’herbe est toujours plus verte ailleurs… Je crois que je n’arrive pas à imaginer la quantité titanesque de travail dans un château. Mon « château » personnel fait 250 m2, rien à côté du tien, c’est un ancien corps de ferme qui a plus de 200 ans et quand je vois tous les travaux qu’on a déjà a faire… mais comme toi j’aime les vieilles pierres, les maisons qui racontent un histoire. Moi qui adore visiter les château j’adorerai voir cette petite pièce cachée et j’ai hâte de connaître la suite de l’histoire !

    J'aime

  8. J’aime beaucoup tes articles sur le sujet 🙂 C’est très intéressant!! Mais clairement, je ne pourrais pas vivre dans un château, rien que financièrement… Et puis c’est trop grand pour moi, j’aurais l’impression de ne rien maîtriser. Par contre, je peux venir pour les vacances si tu veux 😉

    J'aime

  9. J’ai déjà vu des reportages qui parlaient de la vie de château et des galères que peuvent avoir les propriétaires pour entretenir un tel domaine. Sur le papier ça donne envie mais c’est clair qu’il faut se dire que ça ne doit pas être facile tous les jours. Je suis choquée de lire que les habitants du hameau où vous habitez vous jalouse, ils devraient être heureux qu’aujourd’hui ce soit vous qui entreteniez ce château et comme tu le dis ne soit laissé à l’abandon.

    J'aime

  10. Super article. J’aime cette série « l’envers du decor » et j’ai hâte de lire la suite.
    J’aime les belles bâtisses mais je n’aurais pas le courage de vivre dans un chantier de travaux pémanent. Min mari et moi avons acheté 1 maison de 175 m2 des années 70, avec 1 deco des années 2000 et avons déjà de quoi faire ! (Création d1 salle de bain à l’étage, changement de la cuisine, décoration de chaque pièce, remise aux normes de l’électricité, aménagements extérieurs car jardin devenu sauvage, 1 chambre supplémentaire à finir). Et bien entendu je Béni note poêle à granulés en hiver qui nous permet de ne pas trop tirer sur le fioul mais c’est clair que l’on ne se balader à jamais en tshirt chez nous. Alors dans un château j’imagine. … Mais il est vrai que le charme, la chasse aux secrets de ce patrimoine, c’est fun. Bon courage à vous en tout cas, c’est le projet d1 vie ! !

    J'aime

  11. J’ai hâte de lire la suite 🙂 C’est fou que des gens puissent se permettre d’exprimer une quelconque jalousie !! Pour avoir déjà vu quelques reportages sur des propriétaires de châteaux, ça me fait frémir à chaque fois rien que de penser à l’entretien courant, au chauffage et au jardinage (dieu merci, tu as ton armada éclectique de boucs et de biquettes 😀 ), je trouve que les particuliers qui achètent des châteaux pour les rénover mériteraient une vraie reconnaissance. Ou une immense statue. Penses-y, ça ferait peut-être fuir les malotru.e.s qui s’introduisent sur votre propriété 😉

    J'aime

  12. Oh wouahou ! C’est génial. J’adore les chateaux, ça me fascine vraiment beaucoup. En rentrant de Paris nous sommes aller visiter le chateau de Chambord et sans surprise, j’ai adoré ! Je suis pressée de lire la suite des épisodes de cette section. Le coups des gens dans le jardin c’est assez dingue tout de même. Il y a encore une différence entre venir s’installer sans vergogne et demander la permission de faire une pause ici, chez l’habitant…

    J’aime les chateaux mais je ne pense pas qu’y vivre serait fait pour moi. Un jour tu nous expliquera peut-être le cheminement qui vous a amené à prendre ce chemin de vie qui doit être à la fois passionnant et amusant mais aussi difficile à vivre au quotidien et extrêmement angoissant. Je reste bloquée sur les couleuvres et autres joyeusetés… 0_0
    (je rattrape mon retard de lecture petit à petit… ;*)
    EM.

    J'aime

  13. Et bien personnellement, je te trouve très courageuse, je VOUS trouve courageux, ça doit être un énoooorme entretien, c’est clair ! Mais vous êtes passionnés par ce lieu, on le sent bien.
    Merci de nous avoir fait découvrir à quoi peut ressembler le quotidien dans un château !
    Je suis une vraie flipette et je serai incapable d’y dormir chaque soir, j’ai besoin d’avoir accès à toutes mes pièces très très rapidement pour être rassurée ahah

    J'aime

  14. J’aime beaucoup ton blog. Un plaisir de venir flâner sur tes pages. Une belle découverte et un blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésite pas à visiter mon univers. A bientôt.

    J'aime

  15. Merci pour cet article passionnant !
    J’adore les vieilles pierres et quand nous sommes en vacances, nous essayons toujours de trouver une étape dans un beau bâtiment. J’aurais aimé vivre dans un château pour avoir ce lien direct avec le passé mais c’est certain que les coulisses font moins rêver… Je ne pensais pas que les gens étaient aussi malpolis et sans vergogne. Bon courage !

    J'aime

  16. J’aime comme toi la vieille pierre, les poutres, les cheminées, les maisons qui ont une âme (déformation professionnelle peut être 🙂 )
    La vie de château est bien plus difficile qu’il n’y parait et les diverses intrusions à ton domicile montre une nouvelle fois l’irrespect des gens ça me sidère! et comme tu l’as dit l’entretien coûte énormément surtout si on veut rester dans le charge de l’ancien sans dénaturer la battisse! Un choix de vie à part entière qui impose des sacrifices. Personnellement je préfère la vraie vie de château sans les inconvénients pour quelques nuits par an! 🙂

    J'aime

Répondre à missnounours Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :