Entretenir Écologiquement Son Terrain Avec Des Chèvres Et Des Moutons : Bonne Ou Mauvaise Idée ?

L’entretien des 4 hectares de notre chez nous demande énormément de travail entre le désherbage manuel et les heures passer à tondre la pelouse et les allées (pratiquement toutes les semaines en haute saison, l’ambiance orties chic n’est pas encore très populaire pour les mariages). Notre lourde et puissante tondeuse débrousailleuse fonctionne à merveille mais consomme énormément d’essence ce qui n’est ni écologique ni bon marché pour nous.

Un beau matin nous nous sommes réveillés soudainement déterminés à acquérir 2 ou 3 brouteurs pour alléger notre tâche (ce qu’on appelle de l’éco-pâturage). Deux semaines plus tard nous étions fraichement propriétaires de 6 chèvres naines et de 6 moutons d’Ouessant (oui oui, de rien à 12, très raisonnable).

La descendance ne communique désormais qu’en bêlant à plein poumons.

Nous ne connaissions absolument RIEN ni aux chèvres ni aux moutons et c’est donc tout à fait vide de connaissance mais remplie d’un optimisme naïf débordant que nous nous sommes lancés dans cette aventure, la tête la première dans les ennuis et les déconvenues.

Premier achat : un couple de mouton d’Ouessant, nommés Rosalia et Paolo par leur ancienne propriétaire et prestement renommés Ton pour le bélier et Deuse pour la brebis (des prénoms originaux dont je suis très fière), histoire qu’ils comprennent bien ce que nous attendons d’eux.

Le mouton d’Ouessant est le plus petit mouton au monde avec maximum 50 centimètres.

Tout se passe à merveille. Ils broutent à longueur de journée, n’ont besoin de foin que l’hiver (le reste de l’année l’herbe leur suffit), aiment dormir à la belle étoile sous notre fenêtre (et qui bêlent pour dire bonne nuit) et viennent quand je les appelle. Malheureusement je remarque très vite que mes moutons ADORENT mes millerpertuis, mon forsythia, mon chèvrefeuille et mon jeune magnolia dont ils mangent les feuilles, les fleurs et les brindilles (tout sauf le tronc en fait, mais à forcer de se frotter les cornes il y a déjà de gros morceaux d’écorces qui manquent).

J’ai eu beau essayé de leur apprendre que mes plate bandes c’était NON rien n’a marché. J’ai couru, j’ai crié, j’ai menacé de les transformer en kebab, j’ai agité mon bâton dans tous les sens… Zéro effet ; visiblement je n’ai aucune autorité sur eux. Rapidement ils sont donc passés au grand terrain côté piscine/rivière où il n’y a pas d’arbuste auquel je tiens. Nos deux braves moutons n’allaient cependant pas pouvoir le transformer en prairie seuls vu la surface.

Des moutons loués par le VII arrondissement de Paris pour une tonte silencieuse et écologique en face du dôme des Invalides.

C’est ainsi que Lili, Huguette, Marguerite et Trésor (3 chèvres naines et 1 bouc castré) sont arrivées en renfort dans un objectif de complémentarité avec les moutons (bon j’avoue elles étaient à donner sur Le Bon Coin et quand c’est gratuit cela nous plait BEAUCOUP) : les moutons broutent l’herbe, les chèvres défrichent et mangent des feuilles (et des ronces il y en a assez pour 43752 chèvres).

De gauche à droite : Huguette la plus jeune, Trésor puis sa soeur Marguerite et Lili la doyenne.

Malheureusement c’est à ce moment là que les ennuis ont commencé : notre bélier n’a pas toléré le partage de SON vaste territoire (il est entier avec son caractère de dominant) et a accueilli les nouveaux venus avec les cornes les premières, les chèvres s’enfuyant dans un élan de panique et le bélier les poursuivant à toute allure (et nous complètement empotés à ce pas savoir quoi faire). Les journées passaient et les pauvres chèvres restaient terrifiées, terrées en permanence dans leur abri et rien, pas même le bâton, ne semblait enrayer l’agressivité du mouton Ton.

Jusqu’au jour où sur Le Bon Coin nous repérons une annonce « donne deux boucs castrés » juste à côté de chez nous (habituellement un bouc castré se vend une cinquantaine d’euros et nous on aime quand c’est gratuit, je me répète). Le lendemain Débrou et Sailleuse (anciennement Basile et Carlos, heureusement que j’étais là pour leur donner des prénoms potables) débarquaient chez nous.

Sailleuse au premier plan avec Débrou au travail derrière. On voit déjà les progrès dans ce mur de ronces..

Le bélier a immédiatement essayé de les charger… avant de se prendre une raclée phénoménale. Soulevé par les cornes par Sailleuse et puis projeté dans les airs il est lourdement retombé à terre avant de s’éloigner, vaincu et dépité. Le problème d’agressivité cessa immédiatement.

Les chèvres purent enfin reprendre une vie tranquille… Ou presque. L’ancien propriétaire de Débrou et Sailleuse nous avait assuré qu’ils avaient tous les deux été castrés à l’âge de 5 mois. Mouais. Pourquoi y en a t-il un avec une magnifique paire de coucougnettes (l’autre n’a plus rien), qui fleure bon le bouc et qui n’a qu’une envie, celle de monter Huguette qui trémousse son derrière devant lui ? Nous serons rapidement fixés avec l’arrivée éventuelle d’un chevreau (ce qui n’était pas du tout voulu à la base)…

La belle Huguette alias l’endiablée du popotin.

Autre problème : pendant que les moutons s’empiffraient d’herbe et commençaient à ressembler à des tonneaux les chèvres jouaient aux précieuses : à la moindre goute de pluie, à la moindre bourrasque de vent, au moindre bruit inhabituel, aux moindres températures un peu trop fraîches elles préfèrent rester dans leur abri (traduction : vu notre région pluvieuse elles ne sortiront que 100 jours par an grand maximum). En gros nous avions hérité d’un troupeau de trouillardes habituées à rester peinardes dans leur abri, bien au chaud avec foin et granulés à volonté (donc pas la peine de se bouger dehors pour aller défricher).

Toutes les chèvres aiment explorer et défricher. Toutes, sauf les miennes.

Pour bousculer leurs habitudes de chèvres à sa mémère et pour les mettre au travail (appelez moi Cruella D’Enfer si vous le souhaitez) j’ai du me transformer en bergère et escorter mes biquettes vers les broussailles. En ma présence tout le monde se goinfrait joyeusement de ronces, de lierres, de mousse mais dès que je m’éclipsais, même le plus discrètement possible, elles rentraient tout de suite dans leur abri (ce qui avait le don de m’agacer prodigieusement).

J’avais lu que les chèvres étaient têtues, facétieuses, fugueuses et exploratrices alors qu’aucune des miennes ne ressemblait à cette description (douce sensation de m’être faite entuber quelque part). Cependant la chèvre naine est un animal qui aime les câlins, les gratouilles et qui recherche le contact avec l’humain, à l’inverse du mouton qui vit sa vie indépendamment. Pour une famille avec enfants il est sans doute plus intéressant d’avoir une chèvre qu’un mouton…

Un chevreau est la définition même du mot irrésistible.

Voyant que les moutons étaient bien plus efficaces en tant que tondeuse écologique (même sous la pluie avec un vent glacial le mouton ira brouter, plus rustique que le Ouessant cela n’existe pas) nous avons pris 4 brebis supplémentaires, deux mamans un peu maigrelettes et deux agnelles (mot que je n’avais jamais entendu auparavant).

Le spectacle des agnelles qui tètent et qui jouent avec leurs mères est très attendrissant.

6 moutons et 6 chèvres, voilà un beau troupeau. Nous avons même failli prendre un poney mais là il aurait peut être fallu arrêter les mariages et se convertir en ferme pédagogique (se marier dans un château ferme, t’en penses quoi ?). Même si tout ne se passe pas aussi bien que je l’avais imaginé nous avons la satisfaction d’offrir à nos animaux un environnement parfaitement adapté à leurs besoins, d’autant plus que certains venaient d’élevages vraiment douteux. Débrou et Sailleuse nos boucs vivaient dans 40 mètres carrés, sans aucune verdure (pas d’arbre, pas d’arbuste, pas d’herbe, que de la gadoue) et sans aucun relief (rien pour sauter et s’amuser) alors qu’il est habituellement recommandé un minimum de 100m2 par chèvre naine… Les deux brebis avec agnelles vivaient parmi un troupeau d’une quarantaine de moutons (avec des ânes et des poules) sur un grand terrain où il n’y avait plus rien du tout à manger, d’où la précipitation de l’éleveuse à tout donner au plus vite.

Le disneyland des chèvres.

Actuellement, environ 1 mois après la constitution définitive du troupeau, les chèvres et les moutons s’entendent parfaitement bien (alors qu’au début c’était pourtant TRÈS mal parti) et partagent le même abri. Le bélier est désormais tout en bas de la hiérarchie, lui qui se promenait jadis la tête haute et le regard victorieux, et se fait chahuter régulièrement. Les chèvres vont de plus en plus souvent explorer et manger sans accompagnement humain (quel exploit) même s’il y a encore besoin de les motiver.

Maintenant nous avons un gros troupeau et non pas deux petits groupes distincts.

Dans un prochain article je parlerai de la cohabitation entre un enfant en bas âge et des chèvres et des moutons ; autant courir après une poule reste assez inoffensif autant courir après un animal bien plus imposant avec des cornes peut être potentiellement dangereux (alors que je ne suis en général pas d’un naturel angoissé je me méfie un peu).

C’est la fin de l’épisode 1 de nos aventures avec nos nouveaux protégés ! As tu déjà côtoyé des moutons ou des chèvres ? En voudrais tu pour ton jardin ? Raconte moi tout dans les commentaires !

23 commentaires sur “Entretenir Écologiquement Son Terrain Avec Des Chèvres Et Des Moutons : Bonne Ou Mauvaise Idée ?

Ajouter un commentaire

  1. L’avant dernière fois où j’empruntais la route pour aller à Burger king (fallait une référence et la référence acheter une tenue de ski Vinted n’allait pas faire réagir !!!), j’ai failli me prendre une grosse partie du troupeau de moutons utilisés comme tondeuse écologique au niveau du champs de panneaux solaires. Malgré les caméras pour les surveiller, ils ont dû avoir peur de la partie de chasse qui se tenait dans le bois à côté du champs!
    Bref bonne idée mais mettre un grillage en bas du portail serait aussi une bonne idée !
    Le long de mon trajet maison-boulot, il y a un bouc taille géante qui fait le même job!
    Une collègue qui possède des moutons (enfin son mari!) en utilise quelques uns pour sa pelouse !
    Si j’avais un terrain totalement clos, je lui en emprunterais un ou deux!!!
    Remarque mon chat peut faire l’affaire vu qu’il aime bien mangé de l’herbe aussi!!

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire 😀🌹 !

      C’est super de voir que l’usage de ces tondeuses écologiques est assez répandu ! C’est peut être même nous qui sommes les derniers à prendre le train en marche 😅.

      Moutons et chèvres vivent en groupes, deux c’est le minimum, un animal seul serait trop malheureux. L’avantage si tu en empruntes c’est qu’en crottant ils fertilisent le terrain 😀👍.

      Bonne journée ☀️ !

      Aimé par 1 personne

    1. C’est carrêment plus économique qu’une tondeuse à essence mais pas gratuit non plus 😅 ! Il faut compter le vermifuge, le suivi vétérinaire, plus la tondeuse pour les moutons… Mais c’est une aventure qui pimente le quotidien, maintenant je ne pourrais plus vivre sans mon troupeau ❤️😊.

      Merci pour tes encouragements, cela me va droit au coeur 💚💙💛❤️ !

      Aimé par 1 personne

  2. J’avais l’impression de lire une histoire avec ses rebondissements et son happy end (merci Sailleuse). J’adore l’idée de la tondeuse écologique 😉 J’aime aussi l’idée des prénoms trouvés pour tes nouveaux locataires. C’est clair, net et précis ! Et j’aime tout autant l’idée du prochain article qui va venir. 😉 J’imagine que ça doit être folklo certains jours mais tellement enrichissant pour elle !

    J'aime

    1. Merci Charlotte pour ton commentaire 😀☀️ !

      Oui effectivement il y a souvent de nouveaux rebondissements, comme quand les moutons se sont échappés de leur terrain 🤣🤣.

      C’est fou de voir que chaque chèvre, chaque mouton a sa personnalité et son caractère, comme les chiens et les chats, et qu’ils sont tous intelligents (surtout notre vieille chèvre, elle a un regard incroyablement expressif).

      Excellente journée à toi 🌹 !

      J'aime

  3. On avait pensé à la location de mouton de ouessant pour nous aider avec nos 1000m2 de jardin l’été, mais ça nous aurait coûté aussi cher que l’achat d’une bonne tondeuse 😱 … donc on a renoncé.
    Maintenant, mon mari lorgne sur un robot tondeuse qui aurait l’amabilité de tondre en continu 😅

    J'aime

    1. J’ignore le prix de la location de moutons 😅 mais tu peux en trouver sur Le Bon Coin à bon prix. Aucun problème pour trouver un bélier pas cher (comme les coqs, tout le monde veut s’en débarrasser 😅) mais c’est plus délicat pour les brebis…

      Sinon tu peux aussi prendre un vieil âne, cheval, poney…

      Belle journée à toi 😀👋☀️ !

      J'aime

  4. Un vrai délice cet article! Outre mon amour de toujours pour les animaux, vos aventures rocambolesques me plaisent toujours autant. Et tes choix de prénoms collent bien avec tous les prénoms décalés que j’ai pu donner dans ma vie.
    Ici, nous avons un modeste jardin de 700m2 (je crois) et on a déjà envisagé l’éco-paturage avec un ou deux moutons mais finalement, on s’est rabattus sur une tondeuse manuelle qui a l’immense vertu de laisser vivantes les plantes auxquelles nous tenons et de ne susciter que de l’indifférence chez La Bête. J’ai hâte de lire la suite!

    J'aime

    1. Coucou Mummy et merci pour ton commentaire 🌹😀 !

      700m2 ça serait parfait pour 2 ou 3 chèvres naines ! Ou deux moutons ! Mais si tu as des plates bandes, des arbustes ou des petits arbres auxquels tu tiens ça va être compliqué 😅. Remarque tu as déjà chats, chien et lapin…

      La chèvre peut être très familière, voir même collante 😆, ce qui est sympa avec des enfants. Les boucs castrés la semaine suivant leur naissance deviennent de vrais crèmes toujours à la recherche de câlins 😍.

      Passe une bonne journée ☀️☀️ !

      J'aime

  5. Mon oncle a des moutons, c’est très efficace pour tondre, c’est certain. Effectivement les chèvres ça débroussaille tout donc c’est plutôt moyen avec les parterres de fleurs. Mais bon, c’est super écologique et assez économique. Tu peux toujours tenter la ferme pédagogique le mercredi. Y a pas de mariage le mercredi ? 🙂

    J'aime

    1. Effectivement les mariages ne sont que le week-end 😂😂. Dans ce cas il nous faut un poney, un âne et des lamas 😍. Et des canards, des oies, des dindons…

      En très peu les chèvres et les moutons m’ont englouti plusieurs arbustes dont il ne reste qu’un petit tronc 😬. J’espère que tout va repousser mais je ne suis pas sûre du tout 😅.

      Merci pour ton commentaire, à très vite ☀️ !

      J'aime

  6. Sur le lieu de travail de mon conjoint, point de tondeuse, uniquement des moutons. Et ça fait quelques années que ça dure. En plus, apparemment ils ne sont plus trop sauvages donc ça fait une pause détendre caressage d’animaux après une longue réunion.

    J'aime

    1. C’est super 😀👍 !! Avant d’avoir nos moutons je n’en avais jamais touché un, je ne connaissais strictement rien à la vie du mouton 😅… Maintenant leur donner un peu de grain le soir est le meilleur moment de la journée 😍 même s’ils deviennent fous quand ils voient le maïs arriver 😅.

      Merci pour ton commentaire, bonne soirée ✨✨ !

      J'aime

  7. Dans notre quartier, une grosse partie des espace verts escarpés est en écopaturage. Un agneau vient de naître ❤
    Dans mon jardin il y a à peine de quoi nourrir un lapin nain …. donc la tondeuse est largement suffisante !

    Je trouve que c'est une chouette idée ! Vous les laissez sur le terrain lors des évènements ?

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire ☀️ !

      Le samedi oui les bêtes peuvent rester dehors, comme d’habitude, car les couples arrivent en général pour le vin d’honneur qui se fait dans le jardin où elles n’ont pas accès 😀.

      Le dimanche par contre cela va être impossible car c’est la journée où tout le monde va partout, avec les portails ouverts, le bruit, les enfants qui courent… Le dimanche ce sera donc dans l’abri, avec du foin 😅. Vu que ce sont des animaux à cornes on ne prend pas de risque !!

      Passe une belle soirée ✨✨ !

      J'aime

  8. J’adore les prénoms de tes animaux. Au moins, ils savent pourquoi ils sont là et quel est leur job. J’ai hâte de savoir s’il y aura descendance…
    J’ai toujours rêvé d’avoir une chèvre. J’ai essayé de convaincre mes parents quand j’étais petite (on avait déjà des lapins, des poules, des tourterelles, des chats et des chiens, on n’était plus à une chèvre près)… mais sans succès !
    Vers chez nous, il y a un parc animalier dans lequel on trouve un grand enclos ouvert au public avec des moutons et des chèvres. Mes enfants adorent y aller et peuvent facilement y passer une heure à caresser, grattouiller, faire la morale à la grande chèvre qui pique le bout de carotte destiné à la petite chèvre, etc.

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire 😀🌹 !

      Il me manque encore les prénoms pour les deux brebis et les deux agnelles, pour l’instant on sèche… Si tu as une idée je suis preneuse !

      Le contact avec les animaux est toujours très enrichissant ! Pour l’instant ma fille n’a de contact qu’avec les moutons qui sont les plus paisibles, pour les chèvres j’attend encore un peu 😀.

      Bonne soirée à toi ✨✨ !

      Aimé par 1 personne

  9. J’ai tellement adoré cet article, tu as réussi à me faire mourir de rire (sous les yeux relativement inquiets de mon homme 😀 ) tout en m’intéressant grandement à la tonte écologique ! Mais du coup en hiver, c’est foin pour tout le monde ou les chèvres ont un régime plus particulier ? Je vais de ce pas transférer cet article à ma belle soeur qui rêve de biquettes gambadant dans son jardin et me le garde sous le coude, pour le jour béni où j’aurai un jardin 😉

    J'aime

  10. J’ai encore bien ri ! Merci pour cet article génial ! Tu m’as appris plein de choses, en plus ! Les prénoms sont fantastiques, bravo, tu as raison d’être fière de ceux-ci ^^

    J'aime

  11. Coucou ! J’ai explosé de rire à plusieurs moments de l’histoire. Tu as un vrai talent d’écriture ! XD Moi je n’ai jamais eu ces animaux et je te tire mon chapeau pour ta belle mentalité et tes efforts écolo. Vivement la suite !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :