Récit D’Accouchement : Le Plus Beau (Et Long) Jour De Ma Vie

Tu attendais ce récit avec impatience !

Celui du plus long jour de ma vie.

Celui du jour où mon intimité pas du tout intime a été trifouillé, scruté, étiré, découpé.

Celui du jour où le christ en personne l’anesthésiste est venu me sauvé des flammes de la dilatation.

Celui du jour où l’Époux a failli mourir de faim et d’ennui (#fermelachéri).

Des contractions un poil douloureuses démarrent le vendredi soir, 3 jours avant ma DPA. Je me vois déjà maître de moi jusqu’au bout, accouchant dans la baignoire, sous le regard émerveillé du corps médical (comme quoi être enceinte c’est plus puissant qu’une lobotomie).

La fréquence des contractions se rapprochant nous arrivons à la maternité vers 4 heures du matin. Au vu des heures déjà écoulées je procède à une auto évaluation précise et fiable de ma progression : je m’estime être à 2.

Verdict : col long et ferme, le travail n’a pas commencé. Mon utérus se fout littéralement de moi.

Les heures passent et à 9 heures je suis ENFIN à 1. Génial le travail a commencé… sauf que j’ai scandaleusement MAL. Une seule pensée m’obnubile : la péridurale à 3.

4EF32189-DB49-4B48-A449-2404B04F21CD

La sage femme m’envoie marcher dans le parc de la maternité pour accélérer la dilatation. Imagine toi une femme soufflant comme un boeuf, écarlate, transpirante, et qui toutes les 5 minutes se met à glapir comme une bête. Une vision effrayante, je sais.

Après deux heures à déambuler comme une âme en peine je rentre dans ma chambre cellule où un ballon m’attend. La sage femme avec qui j’ai suivi la préparation à l’accouchement n’en disait que du bien. Confiante, je m’y installe.

La contraction arrive. La douleur est tellement abominable que je pousse un cri strident. J’ai l’impression d’être éventrée. Dans un réflexe de survie inédit je me projette sur le lit. Le ballon, plus jamais.

À 16 heures examen du col : 3. HALLELUJAH !!

F2D685EC-B2C9-4123-BE6F-6F904F9D9EA2

Moi qui étais au bord du gouffre voilà mon sauveur qui arrive. Avec une aiguille digne d’un film d’horreur qu’il me plante dans le dos sans hésitation.

Débarrassée de la douleur des contractions reste à maintenant à dilater. Et c’est long, très long. Si long que la douleur revient sournoisement. L’anesthésiste revient une deuxième fois. Il revient même une troisième fois. Et une quatrième fois. Ma réputation est établie : la femme de la 119 est une chochotte olympique (et cela se confirmera avec le début de l’allaitement).

A 23 heures je suis à 5. Je suis épuisée mais vu la fainéantise record de mon utérus la sage femme estime la naissance pas avant 7 heures du matin. Je n’en peux plus.

A 23h30 je suis à 10. Oui, mon utérus est équipé d’un moteur diesel, dès qu’il est chaud il va à toute allure. C’est le moment tant redouté de l’expulsion du parasite bébé qui squatte mes entrailles depuis 9 mois.

Je pousse comme une fou furieuse. Si bien que le caca sort, les hémorroïdes sortent mais pas le bébé qui s’amuse tranquille à jouer au yoyo.

Un coup de scalpel plus tard la porte de sortie est agrandie (merci à la sage femme pour l’épisiotomie surprise, pffff). Ma descendance fait une entrée tonitruante et se rut aussitôt sur le téton qu’elle enfourne d’un air décidé. Pendant ce temps la sage femme est en pleine séance de couture.

2 longues heures plus tard nous quittons la salle d’accouchement… Pour le récit de mon séjour au service des extractions parasitaires c’est par ici !

——

Comment s’est passé ton accouchement ? A t-il été aussi long et douloureux que le mien ? Raconte moi tout dans les commentaires !

4 commentaires sur “Récit D’Accouchement : Le Plus Beau (Et Long) Jour De Ma Vie

Ajouter un commentaire

  1. Ha ha, j’adore le ton de ton article, ça m’a bien fait rire! Ma pauvre, ce n’était pas simple! Ici c’était tout l’inverse: arrivée à 8 (j’estimais être à 3-4, vlà le choc), le temps de m’emmener en salle de travail (soit 2 minutes) j’étais à 10. 23 minutes de poussée et La Bête était sur moi, indifférente au sein, silencieuse, juste en train de m’observer (et de se demander ce que mes seins étaient supposés avoir d’intéressant).

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton commentaire ☀️ !
      Pendant la préparation à l’accouchement ma sage femme avait insisté pour que j’accouche comme toi sans péridurale (facile à dire n’est ce pas 😉 …) avec pour prétexte qu’après une péridurale les bébés sont endormis et ne tètent pas ou mal.
      Malgré ma dose massive de péridurale 😧 elle était toute pimpante et a tétée avec vigueur les deux seins. Et toi à l’inverse sans péridurale mais avec une princesse un peu paumée devant le sein. Comme quoi on ne peut jamais généraliser !!
      J’aime l’idée d’un accouchement rapide, quand c’est long et douloureux c’est juste interminable 😔.

      J'aime

    1. Merci pour ton commentaire ☀️ !
      Mon accouchement ne s’est pas réalisé comme je l’avais souhaité (douleurs très vives, épisiotomie surprise) mais j’en suis quand même satisfaite 😉. Pas de complication, naissance voie basse, pas de spatule/ventouse, bébé en forme…
      Je vais lire ton récit d’accouchement de ce pas, merci pour le lien 🙂 !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :